« La terre ne tourne pas rond parce que l’océan a le mal de mer. » Boris Vian.

L’actuelle planète Océan (les 6 océans plus les mers), c’est 71% de la surface de la planète avec une profondeur moyenne de 3800 m ou un volume d’eau qui remplit les creux de l’écorce terrestre. Il est le premier fournisseur en oxygène et un formidable puits de carbone. C’est aussi le thermostat de la planète avec de fortes interactions entre les courants d’air et d’eau.

La vie a commencé dans l’eau. L’océan abrite 80% de la biodiversité à commencer par le plancton, mais il fait face à la surexploitation et est devenu une déchetterie, pour les plastiques en particulier [1].

En plus des conséquences de la pollution et de la surpêche, les effets du réchauffement climatique s’ajoutent en raison de  :

  • la hausse des températures de surface qui oblige les espèces marines et le phytoplancton à migrer,
  • la désoxygénation qui affecte la biodiversité (la reproduction des micro organismes entre autres),
  • l’acidification (diminution du ph) qui change les écosystèmes à commencer par une dégradation du corail par blanchiment (même si celui ci montre une grande résilience).

ocean

Parce que la moitié de l’humanité est citadine, à l’intérieur des terres, et que l’océan n’est pas habité, il est difficile de prendre du recul sur la fragilité de l’océan. Après la prise de conscience de l’environnement marin, maintenant nous sommes entrés dans la « Blue economy » pour un jour peut être tendre vers des « blue human rights » ?

Publicités