« Nous ignorons tout des origines de la vie ; mais nous n’en savons pas davantage sur celles d’un caillou ou d’un atome de carbone. » Cahiers. Paul Valéry

Le cycle du carbone est plus lent dans ses échanges :

  • avec les sols  ou plus profondément avec les roches (carbone fossile) au travers de la matière organique,
  • ou avec l’eau par sédimentation océanique .

Alors qu’il est plus rapide dans ses échanges avec l’atmosphère :

  •   dans les deux sens, avec la  respiration et la photosynthèse des forêts,
  • et dans les sens également, avec l’absorption, la respiration et la photosynthèse océanique.

Les deux puits de carbone de la planète, avec de fortes et rapides interactions sont les forêts et les océans respectivement le carbone vert et le carbone bleu. Les émissions se composent de carbone organique c’est-à-dire de suie ou carbone noir, produit issu de la combustion des énergies fossiles ( gaz, charbon pétrole) que l’on retrouve  dans l’air.

eauclaire.JPG

Ce qui est paradoxale c’est que les effets de l’acidification des océans dû au dioxyde de carbone sur le squelette calcaire des coraux peut aboutir à un processus de « blanchissement du corail ».

 

 

 

Publicités