« Esclave du capitaliste jamais assez de production » signé Bec de gaz, attribué à un mineur du XIXe siècle (photo des années 1980) car les becs de gaz sont apparus vers 1820 et ont pris leur essor vers 1840 [1], période d’intenses travaux de consolidation des anciennes carrières-sous-Paris.

Le métier était dur, pourtant la vie pouvait y être agréable, l’hiver à l’abri des grands froids et l’été à l’abri des canicules (température stable, été comme hiver de 13°C).

galerie catasAvant d’être tour à tour, un ossuaires à la fin du XVIIIe siècle (catacombes comme à Rome), un refuge des FFI (dit « Abri de Denfert »), un blockhaus allemand (sous le lycée Montaigne) pendant la seconde guerre mondiale ou un cauchemar pour les fondations des constructions récentes, le sous-sol de Paris est avant tout, depuis au moins le Moyen-Âge central, un formidable labyrinthe de carrières de pierres. En effet, l’extraction souterraine de la pierre à bâtir calcaire [2] (surtout au sud, 5e, 6e, 15e, 14e puis 13e arrondissements, et dans le 16e arrondissement, les quartiers de Chaillot et Passy) et du gypse nécessaire à la fabrication du plâtre (surtout au nord), a permis de construire la plupart des bâtiments de Paris. Ces dizaines de kilomètres de galeries d’inspection (depuis 1777 création de l’Inspection Générale des Carrières : IGC et son inspecteur emblématique le sieur Guillaumot [3]) sont sur deux niveaux (supérieur et inférieur) typiquement de 13 m au sud (Cf. plaque du « Cabinet Minéralogique » qui est un modèle souterrain des cabinets de curiosités minérales du XVIIIe siècle [4]) et jusqu’à 30 mètres de profondeur mais souvent comblées ou inondées par la nappe phréatique. Tout ce grand réseau sud (GRS) de galeries se trouvent donc respectivement sous les égouts, le métro et le RER à l’exception de la ligne du RER E comme « Eole » [5] (environ 35 mètres de profondeur pour un « courant d’air »). En plus d’être le plus grand cimetière de Paris avec plusieurs ossuaires ces carrières-sous-Paris constituent un formidable ensemble architectural.

IMG0048

« BANCS DE PIERRE DE CETTE CARRIÈRE – De la surface de la Terre au Banc de roche  13 mètres (40 pieds) » sous la rue Saint-Jacques et au droit du méridien de Paris dans le « Cabinet Minéralogique » (photo des années 1980)

Plan Paris Gerards1908 lt
Anciennes carrières de Paris au Nord (en vert) le gypse et à l’ouest du calcaire grossier (ou lutétien) ainsi que dans le sud (en orange) où le massif est séparé par l’ancien lit de la Bièvre entre le 14e et le 13e arrondissement (Archive BNF)

 

 

Publicités