« La carte n’est pas le territoire » disait Alfred Korzybski mais elle s’en rapproche de plus en plus avec les Systèmes d’Information Géographique (SIG) ou devrait on dire Systèmes d’Intelligence Géographique.

Cartes des terres agricoles ou de gisements pour les ressources ou cartes d’aléas sismique ou cartes des feux de forêt pour la gestion des risques ou cartes des courants aériens ou maritimes pour l’optimisation des transports ou cartes des pollutions atmosphériques ou d’émissions acoustiques, chaque métier peut y trouver son intérêt.

Surtout que 80% des données produites peuvent être géoréférencées c’est-à-dire positionnées sur une carte. L’analyse de ces « big data » par des croisements de données triées et superposées en post-traitement ou en quasi-temps réel tend à rendre les décisions et la communication plus efficaces que jamais.  Associé à la réalité augmentée, la gestion des éléments de notre territoire  devient plus compréhensible et plus durable.

pointzero
« Point zéro des routes de France » devant Notre Dame de Paris

Et comme le disait Napoléon Bonaparte  » Un bon croquis vaut mieux qu’un long discours. »

Publicités