Février 1786, La Pérouse aborde les cotes du Chili « Les Andes présentent dans leur configuration l’image du chaos. Qu’on se figure des pics élevés de plus de 6000 mètres, des volcans vomissants des flammes … »

18 août 1834, Darwin écrit dans son journal « Le Chili, borné par les Andes et par l’océan Pacifique, s’étend à nos pieds comme une vaste carte », « La géologie du pays est fort intéressante, il est facile de le comprendre. Les roches brisées, soumises à l’action du feu, traversées par d’innombrables dykes de diorite, prouvent quelles formidables commotions ont eu lieu autrefois. »

La situation des volcans du Chili est exceptionnelle avec ses nombreux volcans actifs (environ 80), sous différentes latitudes de la cordillère des Andes et constitue un maillon de « la chaîne de feu » du Pacifique. Ce pays possède d’autres cratères artificiels parmi les plus grandes mines au monde de cuivre (premier producteur). Ces mines de cuivre sont associées au magmatisme et à l’hydrothermalisme dans cette région, celle de Chuquicamata est la plus grande mine de cuivre à ciel ouvert du monde. A ce titre la zone hydrothermale de El Tatio est caractéristique de la région d’Antofagasta.

C’est au Chili où a eut lieu le plus gros séisme jamais enregistré en mai 1960 à Valdivia et qui aurait déclenché deux jours plus tard l’éruption du volcan Cordon Caulle. Un autre épisode sombre lié à la présence de volcans, le général Pinochet aurait fait disparaître ses opposants dans des cratères !

Il existe de nombreux volcans dont l’activité est mal connue et qui se trouvent à cheval avec les pays voisins, Bolivie, Argentine et Pérou mais on peut citer parmi les plus intéressants :

– Le Llullaillaco et ses momies incas,

– Le Parinacota et plus généralement le parc national de Lauca avec des paysages volcaniques, des épanchements de lave comme Cotacotani, des sources d’eaux chaudes et des lagunes,

– le Chaiten et ses récentes éruptions très bien observées par la Nasa depuis 2008 (image à la Une) caractérisé par des remontées rapides de magma rhyolitique [1] (structure de roche différente),

– le plus haut sommet volcanique du monde : le Nevado Ojos del Salado 6887m (à la frontière du Chili et de l’Argentine), voir https://eauterrefeuair.wordpress.com/2015/12/30/7-phenomenes-du-monde-volcans-23-3 ),

– le symétrique Licancabur qui domine le Salar d’Atacama et surtout son lac le plus haut du monde 5916 m,

– le Villarica qui reste actif mais qui n’empêche pas les skieurs d’aller surfer sur ses pentes enneigées,

– le Cerro Azul et son cratère Quizapu, plus connu pour une éruption explosive majeure au XXe  siècle (1932),

– l’archipel volcanique de Juan Fernandez avec la célèbre île de Robinson Crusoé,

– l’éruption du mont Hudson en août 1991 a été occulté par celle du Pinatubo (Philippines) en juin 1991, mais elle a également contribué a rejeté une quantité non négligeable d’aérosols qui ont participé aux quelques degrés de refroidissement souvent attribués exclusivement  au volcan philippin (voir https://eauterrefeuair.wordpress.com/2015/12/01/ciel-bleu-et-rouge)

– et bien sûr la volcanique île de Pâques visité par La Pérouse en avril 1786 : « J’ai rassemblé des échantillons de pierres; ce sont des laves de différentes densité ».

[1] Castro, J.M. & Dingwell, B.B. (2009). Rapid ascent of rhyolitic magma at Chaitén volcano, Chile. Nature 461, 780-783, doi :10.1038/nature08458

cuivre Chili
La mine de cuivre « La Escondida » se situe sur la même faille d’intrusion magnatique que d’autres mines sur plusieurs centaines de kilomètres ( Crédit Nasa)

 

Advertisements