Définition de Jean-Baptiste Boudard (1766) : «L’ art de personnifier les passions, les vertus, les vices, et tous les différents états de la vie, se nomme Iconologie… qui ne signifie autre chose qu’Image parlante ou discours d’Images». Le but de cet art est de déchiffrer par l’illustration les symboles employés par les anciens et non pas de décrire car sinon c’est le domaine de l’iconographie. C’est donc tout naturellement que les quatre éléments figurent dans cet ouvrage du XVIIIe siècle intitulé « Iconologie ».

L’Image à la Une représente la « Machine du monde : la gaine dans laquelle est prise la partie inférieure de cette figure, signifie la solidité de la machine du monde, les quatre éléments dont elle est composée, sont désignés par le feu dont la tête est entourée, et par l’aigle, le lion et le dauphin qui sont les attributs emblématiques de l’air, de la terre, et de l’eau. La balance indique la justesse et l’équilibre de ses mouvements; le serpent qui cherche à mordre sa queue, montre que successivement ce qui fini recommence. Elle est entourée d’un cercle, sur lequel sont représenté les figures des sept planètes. »

Remarques :

1 – Le lion, en Egypte était associé à Vulcain fils du Nil, à cause de son tempérament de feu.

2 – Les sept planètes sont, depuis le haut et dans le sens des aiguilles d’une montre, le soleil, Mercure, Vénus, la Lune, Jupiter, Saturne et Mars.  C’est aussi les sept jours de la semaine, respectivement, dimanche, mercredi, vendredi, lundi, jeudi, samedi et mardi. Neptune n’était pas observable à l’époque.(voir  https://eauterrefeuair.wordpress.com/2016/02/05/les-petites-planetes-rocheuses et https://eauterrefeuair.wordpress.com/2016/02/06/les-geantes-gazeuses ).

Machine du monde avec texte

 

Publicités