« L’air se personnifie par une jeune Nymphe assise sur un nuage. Elle est vêtue d’une draperie légère et transparente; ses cheveux épars volent aux gré des vents. Ses attributs sont le paon et la caméléon, on sait comme est fait le premier de ces animaux; quant au dernier, il est presque semblable au lézard; mais sa tête qui est sans oreilles, a une espèce de crête, et son museau est plus pointu; sa queue est longue et plate, il a quatre pieds qui ont chacun trois doigts seuls. Quant à l’opinion qu’il vit d’air, elle est fausse : le changement de sa couleur vient de l’opposition de la lumière et du lieu dans lequel il se trouve quand on le voit. » Extrait de l’ouvrage du XVIIIe siècle intitulé  » Iconologie » de Jean-Baptiste Boudard (1766) où figure les quatre éléments représentant le monde.

Remarques :

1 – Le paon est son attribut comme celui de Junon que les grecs prenait pour l’air « grossier » alors que l’air « pur » (ou l’éther) était le domaine de Jupiter.

2 – Les anciens, jadis, croyaient que le caméléon tirait sa subsistance de cet élément. Il est aussi le symbole de l’inconstance à cause de ses changements de couleurs comme le vent qui change de direction.

Pour terminer cette série sur l’iconologie, il faut souligner que ces images paraissent peut être désuètes à l’ère de l’image de synthèse digitale, mais la symbolique reste forte et intemporelle. Le « design art » digital  a et aura  toujours la possibilité de s’en inspirer pour rester dans l’air du temps, à l’instar du marketing, on pourrait parler plus généralement de « designing ».

Element l'air avec texte

Voir aussi : https://eauterrefeuair.wordpress.com/2016/02/13/iconologie-le-monde-des-quatre-elements

 

Publicités