Le toit du monde , le plateau tibétain, perché à une altitude moyenne de 4000 m,  constitue, après l’arctique et l’antarctique, le troisième pôle de la planète avec plus de 46000 glaciers. Ce château d’eau de l’Asie compte une énorme réserve d’eau douce où 6 fleuves y prennent leur source pour fournir 1,3 milliards de personnes.

« L’eau passe mais la rive reste. » proverbe tibétain

Mais c’est aussi un rempart pour l’air pollué poussé contre la chaîne de l’Himalaya née de rencontre entre deux continents. La station météorologique installé depuis quelques années a révélé que « l’air de l’Himalaya est aussi pollué que celui des villes d’Europe. »

Après le choc des continents (du point de vue de la tectonique, la plaque indienne est venu s’encastrer dans la plaque eurasiatique),  c’est le choc de l’air contre la chaîne de l’Himalaya qui fait l’actualité sur le toit du monde (Image à la Une – crédit Nasa – janvier 2016) sans compter les amas de détritus qui se sont accumulés au cours des expéditions sur les plus hauts sommet de cette région à commencer par l’Everest (8848 m).

« Pour que la brûlure cesse, il faut retirer la main du feu. » proverbe tibétain

 

monts Himalaya
Gravure du XIXe siècle des monts Himalaya
Publicités