La partie visible de l’eau sur terre se trouve dans l’air , les glaces et l’océan, cela est « clair comme de l’eau de roche ». Alors que l’eau existe aussi dans la structure des roches et surtout dans le manteau de la terre.  Elle est arrivée à la formation de la terre et est régulièrement piégée par le plongement des plaques tectoniques dans les zones de subduction. Lors d’une éruption volcanique c’est beaucoup de vapeur d’eau qui est relâché dans l’atmosphère. Pour le coup « il y a de l’eau dans le gaz ».

Plus en surface et en plus grande quantité c’est les réseaux souterrains qui sont essentiels dans le cycle de l’eau. Les aquifères constituent une ressource en eau douce pour l’humanité que l’on peut utiliser la plupart du temps comme réserve c’est-à-dire que l’on peut l’exploiter d’une manière rentable. Ce n’est pas le cas de toutes les types de ressources mais surtout on devrait utiliser les réserves d’une manière durable en particulier les distribuer équitablement et les puiser proprement. Sinon nous risquons de « rester le bec dans l’eau » ou ne pas pouvoir « sortir la tête de l’eau ».

A encore plus petite échelle, toutes les roches sont poreuses c’est-à-dire composées de vides (pores) plus ou moins connectés, y compris les tuiles en pierres naturelles. Eh oui, les tuile « prennent l’eau ». Ce constat participe à l’altération de la pierre qui est plus ou moins un récepteur d’eau soumis à des cycles de gel et dégel ou au phénomène de capillarité.

« Quoi de plus solide que le rocher, de moins dur que l’eau et cependant l’eau creuse les rocs les plus durs. » Ovide

Voir aussi:

Le cycle de l’eau

L’eau dans tous ses états

Origine de l’eau sur terre

 

Publicités