«Les glaciers sont des masses de glace encaissées dans les vallées alpines ou suspendues aux flancs des montagnes » Etude sur les glaciers Louis Agazzis (1840), géologue suisse précurseur dans ce domaine avec son collègue Hugi. Ce dernier construisit sur le glacier de la rivière Aar une hutte de pierre; il la retrouva en 1830 à 100 mètres plus bas. Agassiz constata qu’elle était à 1428 mètres plus bas en 1840 : «Maintenant elle est éloignée de 4600 pieds; elle a été entraînée à cette distance par le mouvement continuel du glacier dans le sens de sa pente.»

Agassiz planche 14.jpg

C’est ainsi que le phénomène de la «marche des glaciers » avec sa vitesse d’écoulement a commencé à être expérimentée.

Dans les Alpes, il en est plusieurs très caractéristiques, par exemple celui d’Aletsch en Suisse (image de Une) et la célèbre mer de glace du Mont Blanc, vue de Montenvers à la fin XIXe siècle, estimée à 12 km de long, ce glacier est mesuré de nos jours en ce début de XXIe siècle à 7 km !

mer de glace France.jpg

En 1888, dans la revue « La Nature » on pouvait lire ceci: « La variation en allongement des glaciers a continué à se produire d’une manière très sensible dans les Alpes occidentales. En 1885, 37 glaciers étaient en état de croissance ; aux 34 glaciers connus l’année précédente. »

Les glaciers constituent une réserve d’eau douce tel un château d’eau, leur fonte signifie donc moins d’apport en eau douce. Les grands glaciers se trouvent répartis sur l’ensemble du globe dans les Andes, dans l’Himalaya, dans les Alpes, en Islande (avec ses éruptions sous-glaciaires) , au Groenland, en Alaska et en Antarctique bien sûr.

La diminution des glaciers est une des conséquences avérées du réchauffement climatique avec l’acidification des océans, (voir https://eauterrefeuair.wordpress.com/2016/02/11/recifs-coralliens).

Publicités