« Année 1768 : Le ciel était si pur que le fond en paraissait noir; la brise, pendant le jour, soufflait du large…elle commençait entre 9 et 11 heures…La brise de terre prenait vers le milieu de la nuit; c’est un souffle léger, fort agréable…on le sent encore avant le lever du soleil; à mesure que cet astre s’élève sur l’horizon. » Voyage dans les mers de l’Inde fait par ordre du Roi par Guillaume Le Gentil, astronome français (1725;1792).

En journée par beau temps, le soleil chauffe la terre plus vite que la mer ce qui a pour effet de développer des courants d’air ascendants sur la côte, on parle aussi de convection. L’air chaud s’élève et est remplacé par de l’air frais venant de la mer, c’est la brise de mer ou brise du large (ou brise diurne). La vitesse de ce vent peut atteindre les  40 km/h.

Le processus inverse s’opère de nuit : l’eau de mer étant plus chaude que la terre, il se crée une brise de terre (ou brise nocturne) c’est-à-dire venant de la terre vers la mer. La brise de terre reste relativement faible car les différences de températures sont moins importantes que pendant la journée.

Cette description est valable directement à proximité du littoral, à quelques kilomètres à l’intérieur des terres il y a quelques fois confluence entre la brise de mer et les vents continentaux qui se rencontrent sur un front de brise formant une ligne d’ascendances matérialisée par des nuages.

« La mer, compliquée du vent, est un composé de forces » Victor Hugo

Victor Hugo a Guernesey buste
Victor Hugo (Archive BNF)

Dans la pratique la vitesse du vent peut être dominante par rapport à la brise.

Attention à ne pas confondre la brise avec le bise (celle de La Fontaine « La Cigale, ayant chanté tout l’été, se trouva fort dépourvue quand la bise fur venue… »)  qui est un vent fort et froid alors que la brise est légère. Un brise-bise est un dispositif visant à limiter le vent en le brisant.

 

 

Publicités