Les éruptions sous-marines connues sont facilement observables car elles sont, la plupart du temps, émergées comme celles de Surtey en Islande , du Krakatau en Indonésie, de Tonga, de Kulombo, de Tarumae, et plus récemment dans les îles Salomon le Kavachi entre deux eaux ou plus exactement entre deux états de l’eau. Mais beaucoup d’épanchements de produits volcaniques, de laves en particulier restent immergés et difficilement observables malgré leur grand nombre.

Une université américaine a extrapolé[1] à un million de volcans sous-marins, c’est une véritable « terra incognita » ou plus exactement une « aqua (vulcanus) incognita ». Cela laisse penser que l’activité volcanique est plus importance sous l’eau qu’à la surface. Moins connues, les éruptions sous-marines dans des conditions de température et de pression très particulières produisent des interactions intéressantes et l’on peut, comme en surface, distinguer des épanchements effusifs proches des dorsales comme des éruptions plus explosifs proches des arcs[2] .

Difficilement observables donc, contrairement à notre système solaire, les milieux sous-marins sont  potentiellement une source de déclenchement d’un tsunami comme par exemple le volcan Marsili au large de la Sicile ou le volcan néo-zélandais Rumble III au nord-est d’Auckland (lat.-35.745°, long 178.478°)[3] ou le « Cumbre Vieja »dans l’archipel des Canaries ou le Teahitia situé proche de Tahiti.

Parmi les volcans sous-marins récemment découverts il y a le Tongatapu dans les Tonga, avec les Kermadec [4] et le volcan Mata Ouest[5].

Parallèlement la chaîne sous-marine Hawaï-Empereur dans le Pacifique est de mieux en mieux cartographiée[6] depuis les premières véritables explorations sous-marines sur le Loihi et les risques de glissement de terrain[7].

Plus récemment des expéditions sur le volcan NW Rota-1 près de l’île de Guam, ont fournit de nombreuses données[8]. C’est également le cas des monts sous-marins dans le golfe de l’Alaska  qui possède une fabuleuse histoire volcanique[9].

Les fonds sous-marins abritent de nombreuses dorsales océaniques dont la star est la dorsale lente médio- atlantique depuis la découverte des premiers fumeurs hydrothermaux (Image à la Une, crédit IPGP) avec l’expédition franco-américaine Famous dans les années 70 [10]. Cette dorsale comporte un point singulier découvert sur le volcan Lucky Strike[11].

[1] http://volcano.oregonstate.edu/submarine

[2]http://oceanexplorer.noaa.gov/explorations/03fire/logs/mar02/media/nikko_600.jpg&imgrefurl=http://oceanexplorer.noaa.gov/explorations/03fire/logs/mar02/media/nikko.h

[3] http://www.tahiti-infos.com/Un-volcan-sous-marin-inquiete-les-scientifiques-neo-zelandais_a7790.html

[4] http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/volcanologie/d/une-communaute-biologique-unique-pres-dun-nouveau-volcan-sous-marin_6462/

[5] http://feww.wordpress.com/2009/12/18/deepest-erupting-submarine-volcano/

[6] http://www.mbari.org/volcanism/Hawaii/HR-HotSpot.htm

[7] http://www.mbari.org/volcanism/Hawaii/HR-Landslides.htm

[8]http://oceanexplorer.noaa.gov/explorations/04fire/background/marianaarc/media/nwrota_vr.html

[9] http://oceanexplorer.noaa.gov/explorations/02alaska/background/geology/geology.html

[10] http://www.espace-sciences.org/science/10065-sciences-ouest/20117-Annee-2004/10260-206/11008-decouvrir/18537-les-mers-un-ocean-de-richesses/18545-operation-famous/index.html

[11] http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/geologie-1/d/decouverte-dune-chambre-magmatique-sous-la-dorsale-medio-atlantique_9551/

eruption sous-marine
Cartographie de monts sous-marins
Publicités