« Une météore! un bolide , un aérolithe, une étoile filante, une pierre, une grosse pierre si l’on veut, mais une pierre après tout, un simple caillou. » tiré de « la Chasse au météore » de Jules Verne.

Même si le terme « aérolithe » du grec « aéro » (air) et « lithos » (pierre) est peu usitée c’est un synonyme de météorite. En latin, Pline l’Ancien, livre II, chapitre XXXVIII parle du ciel comme du « ventorum hoc regnum » (royaume des vents) à qui on attribue, à la violence des ces vents plus exactement, les « lapidus pluer » (pluies de pierres).

Sur terre, comme sur la Lune entre 3,95 et 3,87 milliards d’années ce fut une « pluie » continue de météorites qui arriva sur notre planète. Mais les traces de ces cratères d’impact sur terre (ou astroblèmes) ne sont plus visibles en raison de la tectonique des plaques et des processus d’altération et d’érosion (le plus ancien est au Groenland et est estimé à 3 milliards d’années). Ces processus ne sont pas à l’oeuvre non plus sur la Lune.

La pierre d’Ensisheim (Haut-Rhin) est la météorite la plus ancienne observée historiquement, le Baron Bigot de Morogues  (1776;1840) en 1812 dans son « Mémoire historique et physique sur les chutes de pierres tombées sur la surface de la terre » écrit ceci : « L’an 1492, le 7 novembre, …il tomba dans le bourg d’Ensisheim, une pierre pesant deux cent soixante livres…Elle est compacte d’un gris foncé .. Cette pierre est dure et tenace…» mais après plusieurs prélèvements la pierre exposée au musée de la ville ne pèserait plus de 53 kg !

Jean Baptiste Biot (1774-1862)

Biot gravure
Jean Baptiste Biot (archive BNF)

alors jeune astronome a publié en juillet 1803 un rapport sur une autre chute observée en France en avril 1803 au nord de L’Aigle dans l’Orne. Extrait du rapport joint : « On ne voit dans le pays aucune trace de volcan…Depuis l’époque du météore, on trouve ces pierres sur le sol et dans les mains des habitants du pays,…elles sont si communes que l’on peut estimer le nombre de celles que l’on trouve à deux ou trois mille…qu’elles y ont été transportées récemment, depuis l’époque de l’explosion…Presque tous les habitants se donnent pour témoin oculaires et attestent qu’une épouvantable pluie de pierres a été lancée par le météore. » qui «  marchait du sud-est au nord-ouest »

Carte de Cassini annotée par Biot (statue) dans son rapport de 1803, à noter la localité de St Pierre dans les  « Limites de l’étendue sur laquelle les Pierres ont été lancées »

Cette « pluie de météorites » a été le point de départ à la science sur l’origine extraterrestre des météorites. Avant ce début de XIXe siècle, les récits sur « les pierres tombés du ciel » étaient plutôt considérés comme des fables. Néanmoins plusieurs savants comme Berzélius (1779;1848) digne héritier de Lavoisier pour la chimie moderne ou comme Laplace (1749;1827), célèbre physicien français, avaient  émis l’hypothèse que les météorites avaient pour origine les projections de volcans de la Lune ! Cette hypothèse fut vite abandonnée et celle d’un physicien allemand Ernst Chaldni (1756;1827), initiateur de l’acoustique moderne, s’est imposée comme étant des corps en provenance du système solaire et dont la chute est due à l’attraction terrestre.

Une autre météorite remarquable est celle qui s’écrasa le 12 février 1947 à Sikhote-Aline en Sibérie (Russie), sa masse a été estimé à 100 tonnes avant de se fragmenter, mais un des fragments pèse quand même près de 23 tonnes !

Sikhote Aline

Publicités