1 – Vulcain adoré par les Parisii (Ier siècle, la Gaule romaine) :

Vulcain est représenté en « VOLCANUS » sur le Pilier des Nautes (image à la Une visible au Musée de Cluny), vestige d’un temple gallo-romain de l’époque de Lutèce sous le règne de Tibère au Ier siècle après J.-C. Lutèce a donné son nom au banc de calcaire « lutétien » dont l’exploitation se fait depuis cet époque dans la vallée de l’Oise entre les carrières de Saint-Maximin et Saint-Leu. Ce bloc de calcaire gravé a été retrouvé sous la cathédrale Notre-Dame de Paris en 1711. Il est conforme au Vulcain des anciens monuments romains, coiffé d’un bonnet, barbu, avec un habit qui descend au-dessus du genou et surtout tenant le marteau de la main droite et la tenaille de la main gauche.

Paris lutèce gauloise Albert Robida
Lutèce avant les romains majoritairement construite en bois ( Archive BNF)

Les Nautes étaient les négociants de la Lutèce gallo-romain avant de devenir, au IVe siècle, Paris, tout en conservant la Seine comme un axe d’échanges importants et les Nautes lutéciens deviennent les « marchands de l’eau » avec le navire ou la nef comme le blason de la ville de Paris.

Alors pourquoi les parasii adoraientt entre autres Vulcain dans ce temple de Jupiter ?

Virgile (Eneides IX,76) est le seul à donner ce nom à Vulcain « Volcanus ad astra fauillam »  c’est-à-dire « Vulcain mêle la cendre aux astres » et où il est question d’incendie. Quand on sait que les constructions à l’époque de Lutèce gauloise étaient en bois et que l’invasion des romains est passé par le feu dévorant de la destruction c’est une des hypothèses pour la présence de Vulcain dans ce temple. Ou alors comme les chrétiens du Moyen-Age qui associent aux soupiraux des feux de l’enfer la résidence de Vulcain dans l’île volcanique de Vulcano (une des îles éolienne au sud de l’Italie).

Il existe sur un autre témoignage, le pilier de Saint-Landry, découvert en 1829 peut-être moins ancien vers IIe siècle, compte tenu des sculptures plus recherchées (dont une représente Vulcain).

VULCAIN Saint Landry Cluny et gravure
Pilier de Saint-Landry  représentant Vulcain (visible au Musée de Cluny)

 

2 – Ce « bon » roi Dagobert (VI-VIIe siècle, les Mérovingiens) :

Le tombeau du roi Dagobert Ier, mort en 638 est à la Basilique de Saint Denis, plusieurs scènes y sont gravées dans le calcaire et décrive comment il a échappé à l’Enfer.

paris mérovingien Albert Robida
La Seine a permis de transporter les pierres calcaires nécessaires aux fortifications

M. Fernidand de Guilhermy, archéologue, dans son ouvrage sur la basilique de Saint-Denis où se trouve le tombeau de Dagobert Ier, en donne la description suivante  : «  On voit accourir Saint-Martin et Saint-Denis, en costume épiscopal, et saint Maurice, armé en guerre, tenant une masse de combat…Dagobert est encore dans la fatale barque; les deux saints évêques s’efforcent de l’en arracher…Des gerbes de flammes annoncent qu’on était bien près des antres de Vulcain. »

Dans le Dulaure (Tome 4) sur une »Histoire de Paris » (1847), la scène est décrite ainsi : L’âme de ce roi Dagobert, chargée de crimes énormes, est représentée sur une nacelle conduite par des diables qui la dirigent vers le manoir de Vulcain, « in vulcania loca », c’est-à-dire en Enfer, et la maltraitent pendant la traversée. »  Toujours d’après Dulaure « les chrétiens n’avaient sur l’enfer que des idées empruntées au paganisme [issues des religions polythéistes de l’antiquité] : c’était l’antre de Vulcain dieu du feu »

D’après la transcription des moines qui est en latin dans le « Recueil des historiens des Gaules et de la France » (1867-1880), il est écrit à propos de l’histoire du « Regem Dabobertum », du roi Dagobert Ier: « ad vulcania loca » ce que l’on retrouve interprété par plusieurs auteurs comme le manoir de Vulcain. A cette époque c’est aussi la construction de l’église mérovingienne de Saint-Eloi sur l’île de la Cité dont l’emplacement, sous la Préfecture de Police, a été confirmé par des fouilles en 2013.

Pour prendre « l’ère » actuelle, on peut aussi admirer un Vulcain plus moderne en statue avec sa forge  au Louvre (Oeuvre de Coustou -1742) et au jardin du Luxembourg (XVIIIe siècle).

A suivre … Forges de Vulcain à Paris en trois actes

 

 

Publicités