Les cycles d’extinctions synonymes de renaissance (pour les bouddhistes Nirvana c’est littéralement « extinction » ce qui libère, ce qui éveille) et leurs causes peuvent être considérées comme des « marches » de l’évolution c’est-à-dire que chaque période se renouvelle presque complètement d’une manière discontinue.

Déjà dans les années 50, le physicien Immanuel Velikovsky dans son livre « Mondes en collision » avait avancé l’hypothèse d’un aérolithe pour expliquer l’épisode de l’Exode et il avait remué la communauté scientifique[1]. Cela s’inscrit bien dans l’attrait de l’humanité pour le catastrophisme. De toute façon, plus les traces retrouvées sont anciennes à l’instar du bassin de Sudbury dans l’Ontario[2] plus l’origine du processus est soumise à controverse.

– 65,5 millions d’années, c’est la fin du Crétacé (ou 65,5+/-0,3 Ma) :

Tout commence par un vif débat scientifique dans les années 80 à propos de la célèbre extinction ou quasi-disparition des dinosaures il y a 65,5 millions d’années qui oppose l’école française (Vincent Courtillot en tête[3]) à l’école nord-américaine (théorie des Alvarez).

L’école française penche pour les énormes quantités de basalte, appelés traps du Deccan situés en  Inde [4], qui auraient libérés des énormes volumes de gaz, de cendres et d’aérosols dans l’atmosphère, à l’instar des éruptions fissurales du Laki (Islande) en 1783 ou plus récemment après l’éruption du Pinatubo en 1991 à bien plus petite échelle. A la fin du Crétacé donc, ce phénomène bloquant les rayons solaires nécessaires à la photosynthèse a eu pour conséquence la mort de plus de la moitié des espèces vivantes connues.

En face le théorie de la chute d’une météorite (cratère d’impact de Chicxulub) a été défendu par l’équipe et la famille Alvarez depuis 1980, avec des publications là aussi défendant la thèse de l’événement déclencheur de l’extinction dite K/T (Crétacé / Tertiaire).

Finalement, il est maintenant majoritairement reconnu que la limite K/T a deux exterminateurs, le volcanisme et l’aérolithe, le second phénomène achevant le travail du premier sans que le débat soit vraiment clos sur l’événement prédominant.
[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Immanuel_Velikovsky

[2] http://en.wikipedia.org/wiki/Sudbury_Basin

[3] Le chapitre « Colères de la terre et extinctions en masse : Une belle corrélation » dans le livre de Vincent Courtillot « Nouveau voyage au centre de la terre » (2009) qui fait suite à « La vie en catastrophes » (1995).

[4] Les traps du Deccan sont des plateaux basaltiques constitués par un empilement d’épanchements volcaniques dans l’ouest de l’Inde. Il peut y avoir jusqu’à 2 400 mètres d’épaisseur de basalte et la surface actuellement couverte dépasse les 500 000 km2 .Les traps du Deccan sont associés au point chaud de la Réunion, un point chaud actuellement à l’aplomb de l’île de la Réunion.

Deccan

Publicités