Comme suite à l’extinction des dinosaures il y a 65,5 millions d’années, d’autres extinctions sont caractéristiques de ce match entre des causes venues des profondeurs de la Terre ou de l’Espace.

– 200 millions d’années c’est la fin du Trias (ou 199,6+/-0,6Ma) :

L’âge d’or des dinosaures, le Jurassique, commence à cette période, c’est l’époque où le supercontinent, la Pangée, va se morceler sous l’action du volcanisme sous la forme d’épanchements de lave en quantité et sur une longue durée. Des traces de ces épanchements apparaissent entre l’Amérique du NE et l’Europe occidentale, Maroc compris, c’est ce que l’on appelle la province magmatique centre atlantique (CAMP). Le dégazage de ce processus ayant entraîné l’extinction massive du trias-jurassique et l’avènement des dinosaures qui ont donc résisté à ce volcanisme de destruction massif [5]. Néanmoins, on a longtemps pensé que cette extinction était liée à la météorite Manicouagan, mais depuis que le cratère a été daté à 210+/-4 Ma ça ne colle plus[6].

-251 millions d’années c’est la fin du Permien ( 251 +/-0,4 Ma ) :

Dans les années 2000, c’est l’extinction du Permien  (95% des espèces disparaissent) qui agite de nouveaux les chercheurs avec la théorie de l’impact météoritique qui revient au devant de la scène scientifique, mais aucun cratère significatifs n’a été retenu, le plus sérieux étant le cratère Bedout[7]. L’initiateur de cette théorie a défendu l’idée que l’impact avait déclenché en profondeur une éruption de magma telle que la trace de sa chute avait complètement disparu, une éruption météoritique en quelque sorte.

Les traps de Sibérie sont datés de cette époque ce qui penche en faveur d’une large éruption volcanique injectant dans l’atmosphère des volumes de gaz à effet de serre suffisants pour amorcer un réchauffement climatique de plusieurs degrés. Seulement avec les récentes recherches sur le réchauffement climatique, il apparaît que la hausse des températures au Permien n’est pas suffisante pour rayer du globe 95% des espèces. C’est pourquoi il a été proposé que ce phénomène qui a été suivi par un dégazage en méthane des océans, à cette époque, aurait, comme dans le cas de l’extinction K/T, cumulé plusieurs causes. On considère que l’épanchement en surface de ces basaltes de traps constituent le plus grand événement volcanique des 500 derniers millions d’années.

Sibérie

Vincent Courtillot relie d’autres extinctions à d’autres traps (fin du Cénomanien avec Madagascar et le plateau des Caraïbes, de l’Aptien avec Kerguelen et le plateau d’Ontong Java  , etc…), l’argument étant qu’il n’y a pas de traces connues de météorites pour la plupart des autres extinctions (à part peut être celle de Morokweng -145 Ma à la fin du Jurassique [8]) et il écrit « Au cours des dernières années, nous sommes arrivés à l’idée que de grandes catastrophes géologiques peuvent se produire à des échelles de temps qui seraient catastrophiques même à l’échelle de la vie humaine » .
A l’instar de la disparition des dinosaures, la théorie la plus séduisante pourrait être l’action d’une ou plusieurs météorites qui déclencheraient des traps[9] et plus encore qui seraient à l’origine de certains points chauds[10].

Le match entre aérolithes et volcans va bien au delà des extinctions car il concerne également le commencement, est ce une météorite qui a apportée une brique essentiel à l’apparition de la vie (exogenèse) ou est ce que la vie à réussi à se développer seule sous l’eau près des sources hydrothermales à l’abri des UV? En tout cas ce match entre les profondeurs du cosmos et celles de la terre, est loin d’être clos et, pour l’avenir, il existe maintenant au moins un outsider (l’Homme), c’est peut être pessimiste mais rassurant pour la vitalité de la science et les défis à relever.

[5] http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/paleontologie/d/un-volcanisme-massif-expliquerait-linsolente-domination-des-dinosaures_23137/

[6] http://neo.jpl.nasa.gov/images/manicouagan.html

[7] http://en.wikipedia.org/wiki/Bedout

[8] http://en.wikipedia.org/wiki/Morokweng_crater

[9] http://elements.geoscienceworld.org/cgi/content/abstract/1/5/277

[10] http://www.es.ucl.ac.uk/people/d-price/papers/152.pdf

 

ages of mass extinctions vs Ages of continental and oceanic flood basalts

Advertisements