« Tout vous est Aquilon [au Roseau], tout me semble Zéphyr [le Chêne] » Jean de La Fontaine, Fables, Le Chêne et le Roseau.

Eole, le roi des vents, des îles volcaniques Lipari ou Eoliennes [1], est aussi le dieu grec des quatre vents retenus dans les cavités souterraines [2] pour qu’ils ne s’échappent avec violence. Eole a le droit de déchaîner ou de rappeler les Vents que sur ordre de Jupiter. Quelques fois Eole est imprudent comme dans l’Odysée où il déclenche une tempête [3] que les romains avait même déifiée.

Les grecs représentaient les quatre principaux vents ainsi :

  • Borée ( ou Aquilon en poésie) vent du nord (pour boréale dans l’hémisphère nord),
  • Eurus (Euros en italien) vent de l’est (ou du sud-est),
  • Zéphyr (Zéphyrus) vent d’ouest (ou nord ouest)
  • et le vent du sud, Notos (Notus ou Auster pour austral dans l’hémisphère sud).

Ce dernier est celui que déchaîne Jupiter pour le Déluge [4], on le retrouve aussi dans les « Métamorphoses » d’Ovide (livre I):  » …et il déchaîne le Notus. » Ovide décrit ainsi les quatre vents :  » L’Eurus se retira vers l’aurore …les sommets au-dessus desquels montent les rayons du matin…les rivages attiédis par le soleil couchant sont voisins du Zéphyr; l’horrible Borée envahit …le septentrion; les régions opposées de la terre sont détrempées sans trêve par les nuages et les pluies de l’Auster. »

Dans l’iconologie (archives BNF), on retrouve bien-sûr les vents d’orient et d’occident respectivement pour l’est et l’ouest avec le soleil levant et couchant, ainsi que le vent du septentrion ou le vent de « Bize » pour le Nord, sec et froid, et le vent du « Midy »pour celui du sud, avec un soleil chaud et une pluie abondante.

Enfin on peut noter que ce sont des chérubins qui reprennent en quelque sorte le flambeau soufflant sur les cartes marines jusqu’au XVIIIe siècle.

carte vents 1737

[1] Ca chauffe au sud de l’Italie

[2] L’Etna et les vents

[3] Tempêtes

[4] Le déluge laïque de Deucalion

Publicités