«Battue par les flots, mais jamais ne sombre »  ou encore « Elle tangue mais ne sombre pas » en référence à la ville de Paris dont cette locution latine est la devise. Paris s’est relevé au cours de son histoire de bien des maux à commencer par celui des crues de son fleuve la Seine [1].

FNM La Seine Coustou Tuileries
La Seine par le sculpteur Coustou au Tuileries

C’est de ces flots dont il est question dans cette devise qui nous vient des « marchands de l’eau » à la naissance de Paris vers le IVe siècle et dignes héritiers des Nautes de Lutèce (qui adoraient Vulcain [2]) déjà très grands utilisateurs de nefs sur le fleuve. En fait, « nautes » du grec ancien désigne les marins, les navigateurs et reste d’une utilisation très moderne avec nos navigateurs de l’espace européens, du cosmos soviétiques et des astres nord-américains respectivement spationautes, cosmonautes et astronautes. Pour revenir sur terre , ou plus exactement sur l’eau, cette corporation crée la richesse de Paris et va étendre ses échanges autour de l’île de la Cité.

FNM marquage bateaux  Nautes avec  Hanse
Marquage des bateaux par les marchands de l’eau, avec la mention HANCE qui leur octroie le droit de commercer  (Musée Carnavalet)

Ville et île qui dépendent de ses ponts, d’abord en bois puis en pierre, mais même la pierre aura du mal à résister aux assauts des crues de la Seine qui sont pourtant sous le regard bienveillant de la patronne de Paris, Sainte Geneviève à partir du Ve siècle. Le Moyen-Age sera une époque pourtant très active en construction et reconstruction de ponts en pierres. Les deux principaux ponts qui relient du sud au nord l’île de la Cité sont régulièrement emportés par les flots à l’image du Petit Pont. C’est seulement à partir des constructions en pierre de taille que les choses vont s’améliorer mais ils seront quand même sous-dimensionnées au début, et le poids des habitations au-dessus ne sont pas faites pour améliorer les choses. Le problème de la solidité des digues et des piles de ponts résolu pour canaliser la Seine, ce sera par la suite les grandes inondations qui feront encore tanguer Paris au fil des siècles comme la dernière en date celle de 1910 [3]. Et l’histoire se répétera encore et toujours, au moins une fois par siècle, alors il faudra écoper mais le navire devenu paquebot ne sombrera pas.

Sainte Genevieve et Notre Dame.JPG

[1] Repères de crues dans Paris

[2] Vulcain à Paris au début de notre ère 

[3] Avant et après la crue de 1910 à Paris 

Publicités