« Hic sunt dracones » « Ici sont des dragons » locution latine qui se retrouve sur les cartes médiévale pour désigner des territoires dangereux. Les histoires de dragons se retrouvent dans la sauromancie ou l’étude des lézards et autres sauriens à travers les âges et les civilisations. Le dragon est un animal, oiseau symbolique [1] par excellence. On les retrouve dans la mythologie grecque avec les héros Persée délivrant Andromède, Jason endormant le dragon et Bellérophon (petit fils de Sisyphe [2]) tuant la Chimère.

jean baudouin 1638 Bellérophon tuant la Chimère
Bellérophon tuant la Chimère (recueil d’emblèmes de Jean Baudoin, 1638, archive BNF)

Dans la mythologie nordique c’est Beowulf et Wiglaf qui ont eu raison du dragon qui terrifiait les Geats. Pour la perse antique c’est Rostam qui se débarrassa d’un dragon.

dragon détail le moyen age et la renaissance 1848.jpg
Archive BNF

Au Moyen-Age, le diable était un serpent ou un dragon, parmi les saints sauroctones, deux sont très connus, l’archange Saint-Michel (Image à la Une, le Louvre) emblème du Mont Saint-Michel [3] et Saint-Georges, terrassant ce dragon occidental maléfique qui évoque le combat du bien contre le mal et l’homme qui maîtrise la nature.

Dragon SaintGeorges Louvre 1510 .JPG
Saint-Georges tuant le dragon (Le Louvre, 1510)

Quant au dragon asiatique, il est généralement associé à l’eau comme «faiseur de pluie » plutôt prompt à éteindre les incendies pour l’aspect positif. D’un autre coté comme symbole de puissance, il peut dans son coté négatif être destructeur sous la forme d’orages ou d’inondations. Il faut dire que la Chine possède de grands fleuves serpentant à travers les montagnes qui ont connu en plaine de nombreuses crues. On retrouve donc les deux aspects, destructeur de l’eau avec les inondations mais aussi bienfaiteur avec l’apport d’alluvions fertiles dans les plaines à la décrue. En Chine, les dragons sont les gardiens entre autres des pierres précieuses et, à ce titre,  ils sont fêtés. Dans la mythologie chinoise, il est le roi des mondes de l’eau, mais aussi de la Terre et celui de l’air avec plus de yang ou caractère masculin  (l’emblème de l’empereur est le dragon de bon augure), que de yin ou caractère féminin, c’est le phénix qui est plutôt le symbole du caractère féminin.

[1] Oiseaux symboliques

[2] La vie assumée de Sisyphe

[3] Mont Saint-Michel : un rocher au milieu de la baie

 

Publicités