Le sculpteur français Augustin Pajou (1730;1809)

Pajou INHA
A. Pajou (Archive INHA)

, contemporain de Buffon [1] il lui a d’ailleurs consacré une statue, a réalisé en 1767 pour les quatre dessus des portes latérales du grand salon de l’hôtel de Voyer d’Argenson connu aussi sous le nom de Chancellerie d’Orléans, quatre bas-reliefs en plâtre doré évoquant les quatre éléments avec des références mythologiques (Image à la Une, la Terre, et clichés noir&blanc ci-après tirés de la Gazette des beaux-arts, 1914, archive BNF). Cet hôtel particulier proche du Palais Royal entre le 19 de la rue des Bons-Enfants et le 6 de la rue de Valois fut démolit en 1923. Ces bas-reliefs sont désormais exposés au musée des Archives nationales, Hôtel de Soubise à Paris (clichés couleurs, 2016, musée des Archives nationales).

« La Terre, ou le triomphe de Cybèle [2]« , note du musée des Archives nationales : « Mère des dieux, Cybèle est accompagnée par les quatre saisons : le printemps devant elle, à sa droite, et l’automne, l’été et l’hiver à sa suite. Pajou s’est inspiré, pour cette composition originale, de différentes sources et notamment de ses propres dessins rapportés d’Italie. »

Pajou porte TerrePajou terre

 

« Le Feu, ou Pluton enlevant Proserpine », note du musée des Archives nationales : « Pour illustrer le Feu, Pajou a représenté Pluton, dieu des enfers,  enlevant Proserpine, fille de Cérès, pour l’épouser. Le sculpteur montre ici sa maîtrise du dessin et des raccourcis perspectifs. »

Pajou porte le feuPajou feu

 

 

« L’air, ou Borée [3] enlevant Orythie », note du musée des Archives nationales : « L’air est représenté par le dieu Borée, personnification du vent du Nord. Celui-ci enlève pour l’épouser la nymphe Orythie, fille du roi d’Athènes Erechtée, qui se refusait à lui. La composition de Pajou offre un équilibre harmonieux d’ailes, de nuages et de drapés autour de la figure centrale du vent. »

Pajou porte airPajou air

 

« L’eau, ou Neptune protégeant Amymone », note du musée des Archives nationales : « Poursuivie par un Satyre, Amymone, fille de Danaos, est défendue par Neptune. Ce sujet peu fréquent avait été peint par Carle Van Loo en 1757. Pajou le reprend avec talent, et parvient notamment à rendre la figure de Neptune aussi menaçante envers le satyre que protectrice pour Amymone. »

Pajou porte eauPajou eau

[1] Buffon et la géologie moderne

[2] Iconologie : la terre

[3] Les vents mythologiques

 

Publicités