C’est quoi au juste la Terre vue de loin [1] ? Gaïa un organisme vivant boutonneux ou une complexe machine thermique libérant la chaleur interne du Globe depuis plusieurs milliards d’années.

Le point de vue de Lovelock, c’est l’attrait de l’ anthropomorphisme à l’extrême,  avec « La terre est un être vivant – L’hypothèse Gaïa » dont « Nous sommes le système nerveux ». C’est le mélange des genres entre le minéral et l’animal comme l’aimait à le pratiquer Ovide dans « Métamorphoses » (livre XV) : »Si la terre est un animal vivant, pourvu, en beaucoup de lieux différents, d’organes respiratoires qui exhalent des flammes, elle peut bien changer les canaux par où elle respire et, chaque fois qu’elle est ébranlée, fermer certains de ces canaux et en ouvrir d’autres. »

Pour Léonard de Vinci [2] c’est l’eau qui était vitale à la terre mais on sait très bien que l’eau et la lave en contact c’est plus qu’une simple combinaison, cela devient détonnant, c’est le phréato-magmatisme un des moteurs du volcanisme explosif. A l’évocation du « fils » du Krakatao [3] par exemple et de tous ces traits de caractère qui sont utilisés universellement pour décrire les volcans, souvent personnifiées par ses riverains. Il est tentant de faire le parallèle avec un être vivant, les deux termes « feu » ou « sang » reviennent souvent pour nommer la lave et puis ne dit on pas tout simplement que les volcans mettent souvent une région à feu et sang, ou qu’ils sont souvent une expression des colères de la terre. IMG_3293Mais comme l’explique Gaston Bachelard dans « Psychanalyse du feu », le feu est à la fois le mal et le bien, « il brûle en enfer en même temps il brille au paradis » et « il réchauffe et réconforte » ou encore « il détruit les herbes folles et enrichit la terre ».  De nombreux auteurs ont en effet vulgarisé le terme de « feux  » à l’instar du couple Kraft « Les feux de la Terre » ou la série documentaire « Le feu de la terre » de Haroun Tazieff.

Haroun Tazieff [4] disait :  » La prévision est très semblable à celui d’un diagnostic médical. C’est une connaissance acquise par la pratique clinique des malades, en volcanologie c’est la pratique clinique des éruptions volcaniques. » Dans cette approche le patient qu’il faut ausculter avec des instruments comme les sismographes ou autres inclinomètres,  donnent régulièrement le pouls du volcan surtout quand il a la fièvre, quand la lave qui lui monte au cratère.

IMG_3306

[1] Notre caillou vu de l’espace

[2] Léonard de Vinci, la maîtrise des éléments

[3] Krakatao, le choc des générations

[4] Haroun Tazieff, l’homme tout feu tout flamme

Publicités