La Fontaine d'après A Delierre 1883.JPG
La Fontaine d’après A. Delierre (1883), archive BNF

 

Comme Esope, une des sources de La Fontaine [1], les éléments sont très présents dans ses fables. Jean de La Fontaine (1621;1695), ce fabuliste a su en « tirer les marrons du feu », expression justement issue de la fable « Le singe et le chat ».

 

 

 

 

La Fontaine le singe et le chat A Delierre 1883
D’après A. Delierre (1883), archive BNF

Un nom pareil coule de source pour citer quelques éléments choisis :

« L’homme est de glace aux vérités, Il est de feu pour le mensonge. » La Fontaine, livre IX, Fable VI, « Le statuaire et la statue de Jupiter ».

« L’arbre tient bon: le Roseau plie. Le vent redouble ses efforts, Et fait si bien qu’il déracine Celui de qui la tête au ciel était voisine, Et dont les pieds touchaient à l’empire des morts. » La Fontaine, livre I, Fable XXII , « Le chêne et le Roseau » inspirée d’Esope [2].

« La mer promet monts et merveilles : Fiez-vous-y : les vents et les voleurs viendront. » La Fontaine, livre IV, Fable II , « Le berger et la mer ».

Dans la fable «  La montagne qui accouche [d’une Souris] » , livre V, Fable X, la morale est : « C’est promettre beaucoup : mais qu’en sort-il souvent ? Du vent. »

La Fontaine la montagne qui accouche A Delierre 1883
D’après A.Delierre (1883), archive BNF

« Ce chien, voyant sa proie représentée, la quitta pour l’image, et pensa se noyer. La rivière devint tout d’un coup agitée; A toute peine il regagna les bords, Et n’eut ni l’ombre ni le corps. » Livre VI, Fable XVII , « Le chien qui lâche sa proie pour l’ombre ».

[1] Esope : la source de La Fontaine

[2] Le roseau et les éléments fabuleux

 

Publicités