«Les croyances populaires, même les plus absurdes en apparence reposent sur des fait réels, mais mal observés. » Alexandre de Humboldt (1769-1859).

Ce naturaliste allemand et grand explorateur des volcans fait partie des pairs pour Charles Darwin [1] et Louis Agassiz [2].

Contemporain de Cuvier [3], il le fréquente dans  dans un séjour à Paris à la fin du XVIIIe siècle, mais c’est dans les Andes qu’il va à la rencontre des volcans et en particulier en gravissant [4] le Chimborazo (Equateur) en 1802  (le plus haut de l’époque) jusqu’à 5878 m d’altitude sur ses 6263 m de haut (La Condamine et Bouguer avait échoué à 3700 mètres, quelques dizaines d’années plus tôt).

Humboldt-Bonpland_Chimborazo
Humboldt au pied du Chimborazo et ses neiges éternelles

Dans son ouvrage « Kosmos », synthèse des travaux de Humboldt, qu’il a rédigé à la fin de sa vie (entre 1845 et 1858), il y présentera sa description du monde (image à la Une extrait d’une carte établi par Humboldt en 1854 pour son ouvrage Kosmos, archive BNF).

Précurseur en océanographie, un courant océanique au large du Chili et du Pérou porte son nom : le courant de Humboldt.

Courants de Humboldt

Membre de l’Institut, il habita en voisin le N°3 quai Malaquais à Paris de 1804à 1827.plaque-humboldt-paris

[1] Darwin et les Galapagos

[2] Marche et recul des glaciers

[3] Cuvier : la géologie des environs de Paris

[4] Les volcans c’est aussi du sport

Advertisements