Dans l’histoire d’Hérodote (grec;-484;-420) traduction de 1889, se trouve le descriptif des travaux préparatoires à la construction des pyramides d’Egypte :   »Les uns furent occupés à fouiller les carrières de la montagne d’Arabie, à traîner de là jusqu’au Nil les pierres qu’ont en tirait, et à passer ces pierres sur des bateaux de l’autre coté du fleuve; d’autres les recevaient, et les traînaient jusqu’à la montagne de Libye…on passa dix années à construire la chaussée par où on devait traîner les pierres. Cette chaussée est un ouvrage qui n’est guère moins considérable, à mon avis que la pyramide…La pyramide même coûta vingt années de travail ; elle est carrée. » (Image à la Une archive BNF).

Ammien Marcellin (vers -330;vers -395) écrit dans le tome 2 de son « histoire  de l’antiquité » :  « On met les pyramides au nombre des sept merveilles… Ce sont des tours, portées à une hauteur qui surpasse tout ce qu’on peut imaginer de l’industrie humaine; très larges à leurs bases, elles s’élèvent et finissent en pointe fort aiguisée. Cette figure est nommée pyramide par les Géomètres, parce que semblable à la flamme, elle se termine en ce qu’on appelle un cône. »

Premières constructions monumentales en pierres [1] calcaires [2] mais aussi symbole de la Terre à la base et du ciel au sommet, les pyramides ont été élevées au rang de merveilles du monde antique. Depuis elles ont toujours fascinées par leur apparence monumentale mais aussi par les détails de leur réalisation et les mystères qu’elles véhiculent depuis la civilisation égyptienne jusqu’à la pyramide du Louvre.

[1] La pierre des édifices à travers les âges

[2] Calcaires

Advertisements