Lamarck du « feu » et autres éléments

Lamarck portrait« Dans tout ce que la nature opère , elle ne fait rien brusquement. » Jean Baptiste Pierre Antoine de Monet, chevalier de Lamarck (1744;1829) est surtout connu comme naturaliste pour une théorie de l’évolution dite transformiste c’est-à-dire comment les êtres vivants se transforment du point de vue de la biologie dont il est l’inventeur alors que Darwin [1], par la suite, s’inscrit dans la description de l’adaptation par la sélection naturelle  des espèces à long terme. Donc, il n’y a pas vraiment d’antagonisme entre les deux grands naturalistes qui se basent sur l’influence des environnements dans lesquelles les êtres vivants évoluent. C’est un contemporain de Buffon [2] avec qui il va partager du temps à l’académie des sciences contrairement à Cuvier [3], également académicien,  dont il ne partagera pas sa théorie de l’évolution catastrophiste.

Dans son « Mémoire sur la matière du son » J.B. Lamarck parle pour « l’air commun » de « gaz atmosphérique » parce que une partie de « l’air élémentaire  » est constitué du « gaz oxigène » découvert par Lavoisier [4]  et cet « air commun » ne remplit que la partie de la basse atmosphère qu’il nomme « région des vapeurs ». Mais surtout Lamarck va plus loin en parlant du « feu éthéré » support même de la propagation du son comme un « fluide subtil , élastique, et qui pénètre tous les corps ». C’est cette dernière hypothèse qui rejoint le feu phlogistique des alchimistes [5] où J.B. Lamarck fait un retour en arrière malheureux à la doctrine des quatre éléments d’Empédocle [6].

A propos de son ouvrage « l’Hydrogéologie  » paru en 1802 J.B. Lamarck expose sa géologie fondée sur les actions lentes (à l’échelle géologique) de l’eau sur les roches :  » Par ces effets, les eaux douces détruisent insensiblement le niveau des plaines, surtout de celles qui sont voisines de la mer; creusent les vallons ainsi que les bassins des rivières et des fleuves ; enfin , taillent et aiguisent les montagnes. » en considérant bien-sûr » toute montagne qui n’est pas le résultat d’une irruption volcanique. » Par ailleurs Lamarck a donné son nom à un cratère de la Lune.

[1] Darwin et les Galapagos

[2] Buffon et la géologie moderne

[3] Cuvier: la géologie des environs de Paris

[4] Lavoisier : la modernisation des éléments

[5] Le feu creuset de l’alchimie

[6] De la préhistoire à la doctrine des quatre éléments

 

Advertisements

5 réflexions au sujet de « Lamarck du « feu » et autres éléments »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s