Le suivi en quasi temps réel des éruptions sur le net à travers l’exemple du volcan islandais l’Eyjafjöll en mars 2010.

A l’instar du volcan islandais Eyjafjöll en Avril 2010, il est de plus en plus aisé de suivre l’activité volcanique d’un volcan entrant en éruption comme de l’activité volcanique mondiale des phénomènes volcanique ou des avancées scientifiques sur le sujet à travers le net.

A l’occasion de l’éruption de celui dont on ne peut prononcer le nom, caché sous un glacier au nom encore plus imprononçable (Eyjafjallajökull), la trafic aérien, du coté de l’Europe, s’est arrêté en mars 2010 presque compensé par l’utilisation massive des moyens de communications numériques.

C’est donc, à  défaut de moyens de transports, les moyens de communications modernes  qui ont rendu possible et sans danger le suivi quotidien de l’évolution de la crise volcanique en Islande.

Entre les webcams des opérateurs de téléphonie, les images satellites, et le réseau sismique de surveillance de l’office météorologique islandais, de nombreux sites sur le web ont permit et permettent encore un regard exceptionnel de l’éruption qui a paralysée une grande partie de l’Europe, sans compter les sites d’informations de tous les pays.Et quand ça sent le soufre ou que ça pète le feu, tout le monde s’aplatit comme un écran d’ordinateur pour suivre en temps réel la crise sur le web.

Le volcan islandais, nous fait un rappel à la loi …de la Nature. La nature à ses humeurs que l’imagination de l’homme a pour le moins sous-estimée. Il n’y a pas de fumées sans feu et le mariage islandais du feu et de l’eau [1] c’est encore une fois  pour le meilleur et pour le pire. Il permet l’exploitation des ressources géothermiques pour chauffer et produire de l’électricité [2] alors qu’une éruption finalement pas si exceptionnelle que cela entraîne des conséquences économiques importantes.

Entre les webcams, les images satellites, et le réseau sismique de surveillance islandais de nombreux sites sur le web ont permit et permettront encore un suivi exceptionnel des crises volcaniques. D’une manière générale, même si Internet peut nous informer en quasi temps réel des éruptions autour du globe, il ne faut pas perdre de vue que c’est l’aboutissement de processus millénaires et le fruit du travail minutieux des scientifiques. Il en est de même des actualités du monde.

[1] Éruptions à l’ait libre en présence d’eau

[2] La chaleur de la terre : géothermie

Publicités