La découverte de l’écriture donc de notre histoire, quelquefois fabuleuse [1], se situe généralement en Mésopotamie avec des tablettes d’argile en écriture cunéiforme datant de -3500 avant J.-C.

glyptique-iie-millenaire-avajc-louvre
Sceau-cylindre en hématite de l’époque paléo-babylonienne (Musée du Louvre) et une empreinte d’argile avec le dieu de l’orage et le dieu soleil babylonien.
Vocabulaire bilingue sumerien akkadien pierres.JPG
Vocabulaire bilingue (sumérien/akkadien) des pierres et d’objets en pierres (Musée du Louvre)

Au deuxième millénaire avant J.-C. (époque paléo-babylonienne)  on trouve également des sceaux-cylindres (ou glyptiques) taillés dans des pierres dures comme le marbre [2] ou l’hématite. Ces sceaux cylindriques permettent de laisser une empreinte personnalisée au propriétaire sur une surface d’argile scellant ainsi ses marchandises. Dans « Eléments d’histoire des sciences » sous la direction de Michel Serres [3] on peut trouver l’explication suivante : « Le support matériel est l’argile, pratiquement indestructible, et les premiers documents sont des comptes. C’est donc le besoin de mesurer, diviser et répartir la puissance matérielle de leurs sociétés qui a donné naissance aux premiers systèmes d’écriture. le premier, en particulier, que nous appelons cunéiforme, devait connaître un grand succès pendant les trois mille ans suivants. Utilisé pour écrire le sumérien d’origine, mais aussi l’akkadien, le hittite, l’élamite, le hurrite et beaucoup d’autres langages du Proche-Orient antique, il ne devait s’éteindre qu’au début de notre ère. » (Image à la Une : Tablette économique avec des signes d’écriture proto-élamite désignant sans doute des chèvres, des produits laitiers et du grain d’après le musée du Louvre).

C’est en Chine que l’on trouve le système d’écriture (idéogramme qui désigne des mots complets) le plus ancien existant encore de nos jours. En 1041, le chinois Bi Sheng (991;1051) aurait inventé un demi siècle avant Gutenberg, la typographie avec des caractères d’imprimerie gravés dans de l’argile cuit c’est-à-dire une céramique avant que le bois ne le remplace et plus tard le métal.

 

 

Publicités