A la suite de coups de feu, les coups dans la pierre à Paris lors des révoltes depuis la révolution de 1789 n’ont cessé d’endommager des bâtiments, des statues, des plaques gravés, etc …sans compter les coups portés avec des pierres dès qu’une insurrection éclate (« Sous les pavés la plage » slogan de mai 1968). En voici 7 exemples à travers 7 événements historiques :

  • rue-saint-martinAprès la révolution de juillet 1789, la forteresse de la Bastille [1] a été démontée presque aussitôt, la célèbre galerie des rois de la cathédrale Notre Dame de Paris a lourdement été mutilée en 1793, les statues sont visibles au musée de Cluny non loin  Image à la Une). A cette époque de nombreuse plaques (de rues ou commémoratives) gravées sont grattées ou tout simplement remplacées, les statues renversées (comme celle de Louis XIV qui se trouve au musée Carnavalet).
  • mire sud Montsouris inscription.JPGCertainement sous la Restauration, à partir de juillet 1815, un vestige de l’observatoire de Paris , la mire sud, dans le parc Montsouris, porte une trace visible de l’effacement du nom de Napoléon, à l’origine gravé dans la pierre.
  • L’insurrection de juillet 1830, qui va mettre en place la monarchie de juillet avec le roi Louis-Philippe, se retrouve dans de nombreuses gravures où les pierres sont omniprésentes, mais elle a également laissé une trace insolite : un boulet figé dans la pierre d’un mur de l’Hôtel de Sens.
  • Une autre insurrection celle de 1848 va marquer le début de l’empire et des premières républiques et la transformation de Paris avec les aménagements du baron Haussmann [2].
  • vestige-du-palis-des-tuileriesLa commune de Paris en 1871 avec l’avènement de la troisième république va également laisser de nombreuses traces, de nombreux bâtiments seront détruits ( la plupart par le feu) en particulier le palais des Tuileries [3] (entre autres vestiges « réparés » dans le jardin des tuileries au droit de l’ancien palais coté Seine), l’hôtel de ville de Paris [4] (24 mai 1871) et la colonne Vendôme renversée (16 mai 1871).
  • La première guerre mondiale devient aérienne avec les premiers bombardements et c’est plusieurs bâtiments à Paris qui vont être touchés comme la statue de Saint-Luc à l’église de la Madeleine.coup-de-pierre-st-luc-decapite-a-la-madeleine
  • A la fin de la seconde guerre mondiale, la libération de Paris en août 1944 a laissé sur les bâtiments du centre de Paris des traces encore bien visibles comme cet éclat d’obus sur un mur de l’Hôtel-Dieu ou celui pont au Double.

    Le plus distrait mais le plus terrible symbole de ces coups de feu est sans doute cette tête d’ange endommagée par la bombe atomique de Nagasaki (en août 1945) et accrochée à un mur du siège de l’UNESCO à Paris.coup-de-pierre-lange-de-nagazaki

Publicités