Pour alimenter les Grandes Eaux dans le parc du château de Versailles de Louis XIV « Louis le Grand Roy très chrestien de France et de Navarre » comme le stipule les documents de l’époque, la Bièvre ne suffit pas. La Seine n’est pas si loin, mais il faut puiser l’eau avec un dénivelé de plus de 150 m. Alors le 16 juin 1684, après 4 ans de travaux, la machine de Marly (Image à la Une archive BNF), une grosse pompe hydraulique, est inaugurée en présence du roi. Installée sur un « bras de la rivière de Seine »à Bougival (Marly-le-Port à l’époque), elle va pomper avec ses 14 roues à aubes géantes, environ 3000 m3 par jour et acheminer les eaux à Marly-le-Roi puis à Versailles via un aqueduc de plus de 640 m de long « qui est composé de 36 arcades de pierres dures » et des réservoirs (Marly, Louveciennes, Rocquencourt et Trianon).

machine de Marly par N. de Fer.JPG

Dans sa description de la machine de Marly, Nicolas de Fer (vers 1647;1720), cartographe royal, écrit ceci: »Cette Machine élève 200 pouces d’eau [= 3840 m3 par Jour], soixante et deux Toises de haut [= 120,8 m ] qu’elle fournit au fameux Versailles qui n’en est éloigné que d’une bonne heure de chemin [= 7 km du château]…les réservoirs, les uns supérieurs aux autres, le plus bas ayant reçus immédiatement l’eau de la rivière, contient son corps de pompe qui la repousse par des tuyaux couchés le long de la colline, dans les réservoirs supérieurs et ainsi jusqu’au réservoir qui est sur la tour de pierre [tour du levant de l’aqueduc de Louveciennes, en fait c’est le château d’eau final à plus d’un kilomètre de la rivière]. »

Machine de marly estampe XVIIe.jpg

marlyma

plan-de-sitution-et-profil

En 1817 elle est détruite et en 1827 elle est remplacée par une machine à vapeur, une « pompe à feu ».

Publicités