aqueduc romain plan.jpg
Tracé approximatif dans Paris

« En sortant en souterrain du carré romain de Wissous, la rigole prend la direction de Paris en suivant une cote d’altitude marquant au départ 64 m. 12, atteignant à Fresnes (distance de 1771 mètres) 62 m. 60; ayant encore une cote de 61 m. 26 en arrivant à la Hay, soit à 4788 mètres du carré romain… au passage de la Bièvre à Arcueil, 58 m. 84; à Gentilly, 58 m. 86; à Paris rue de la Glacière, 57 m. 93; rue Saint-Jacques 54 m. 27, après un parcours total 15 317 mètres. » extrait de la Commission du vieux Paris (22/06/1912). Ce qui représente au passage un dénivelé de moins de 10 m (ou 0,6 mètre par kilomètre environ) soit deux fois moins que celui de l’aqueduc de Médicis [1]. Pourtant si Vitruse (architecte romain du Ier siècle avant J.-C.), livre huitième, chapitre VI, précise que  « la construction devra être d’une grande solidité », il préconise également  » que l’on fera couler l’eau sur un lit dont la pente sera d’un demi-pied au moins sur une longueur de cent pieds » soit 5 mètres par kilomètre. Son débit devait avoisiner les 2000 m3 d’eau par jour.

aqueduc-romain-coupeLa rigole romaine (datée du IIe siècle de notre ère) est construite sur un modèle quasi identique dont les dimensions sont quasi-constante avec une rigole d’environ 70 cm de profondeur et 50 cm de large recouverte d’une dalle. « La construction est faite d’un béton …qui est d’une résistance extraordinaire quand il est formé de cailloux ; l’intérieur de la cuvette et le fond du radier sont recouverts d’un enduit de chaux très solide sur lequel est appliquée une couche de ce ciment de tuileau presque indestructible qui caractérise les travaux romain. »[2] extrait de la Commission du vieux Paris (22/06/1912). Héricart de Thury dans sa « Description des catacombes de Paris »(p. 263) le décrit comme « un chenal fait en béton de chaux, sable, ciment, cailloux et meulières, broyés et pulvérisés. »

Les vestiges découverts rue Saint-Jacques et dans le parc Montsouris à la fin du XIXe siècle ne sont pas visibles mais des sections ont été mises en valeur dans les années 90, avenue Reille et dans le square Thomas Francine (rue de l’empereur Valentinien) avec des médaillons au sol de la Louve romaine.

Publicités