Description du mont Saint-Michel [1] et de sa baie selon Guy de Maupassant (1850;1893) dans sa nouvelle Le Horla :

guy-de-maupassant« Une baie démesurée s’étendait devant moi, à perte de vue, entre deux côtes écartées se perdant au loin dans les brumes ; et au milieu de cette immense baie jaune, sous un ciel d’or et de clarté, s’élevait sombre et pointu un mont étrange, au milieu des sables. Le soleil venait de disparaître, et sur l’horizon encore flamboyant se dessinait le profil de ce fantastique rocher qui porte sur son sommet un fantastique monument. Une baie démesurée s’étendait devant moi, à perte de vue, entre deux côtes écartées se perdant au loin dans les brumes ; et au milieu de cette immense baie jaune, sous un ciel d’or et de clarté, s’élevait sombre et pointu un mont étrange, au milieu des sables. Le soleil venait de disparaître, et sur l’horizon encore flamboyant se dessinait le profil de ce fantastique rocher qui porte sur son sommet un fantastique monument. »

SANYO DIGITAL CAMERA
SANYO DIGITAL CAMERA

« J’entrai dans ce gigantesque bijou de granit, aussi léger qu’une dentelle, couvert de tours, de sveltes clochetons, où montent des escaliers tordus, et qui lancent dans le ciel bleu des jours, dans le ciel noir des nuits, leurs têtes bizarres hérissées de chimères, de diables, de bêtes fantastiques, de fleurs monstrueuses, et reliés l’un à l’autre par de fines arches ouvragées. »

Ce granite a été extrait en grande partie de l île voisine de Chausey dès le XIe siècle, on le retrouve dans la haute ville de Granville, le phare [2] en particulier, à  Saint-Malo, au Havre sur des trottoirs parisiens et jusqu’à ceux de Londres. Ces carrières ont été  abandonnées seulement au début du XXe siècle.

 

 

Publicités