« Pauvre Hôtel de Ville ! Là aussi le pétrole a fait son office. Ce n’est plus qu’une ruine pantelante. Son beffroi, – un beffroi si admirable de légèreté!- a complètement disparu… Les entablements tremblent, mal soutenus par les pierres, devenues friables depuis que le feu les a mordues et descellées. La façade toute entière n’est plus que ruine et désolation » Voilà comment est décrit l’ancien Hôtel de Ville de Paris au lendemain de l’incendie allumé par les communards le 24 mai 1871 (d’après Edouard d’Angin dans  » Paris incendié », 1871, avec photos : archives BNF dont image à la Une avec la statue d’Henri IV conservée au musée Carnavalet).

ancien-hotel-des-ville-avant-pendante-et-apres-1871

avant-et-apres-1871

lucarnes-pavillon-central

Au-delà de la ruine du bâtiment, des vestiges sont encore visibles de nos jours dispersés dans Paris :

  • Dans l’arrière cour des « Compagnons du Devoir » derrière l’Hôtel de Ville, rue de Brosse on trouve trois arches en très bon état,lucarnes-nord-ancien-hotel-de-ville
  • dans les jardins du Trocadéro du côté rue le Tasse il y a une lucarne du pavillon méridionale qui est légèrement différente sur l’Hôtel de Ville actuel,lucarne-ancien-hotel-de-ville
  • dans le parc Monceau on peut admirer une arcade semblable à celle de l’intérieur du bâtiment côté courarcades-ancien-hotel-de-ville
  • dans le square Georges Cain, quartier du Marais, en dehors de la statue, la commission du vieux Paris dans son compte-rendu d’avril 1916 à propos de l’arc doubleau de la porte centrale, avec la référence à François Ier et sa salamandre [1], caché derrière la dalle de la statue d’Henri IV écrit :« Ces vestiges,en effet, en dehors de leur valeur d’art, ont une importance considérable au point de vue de l’histoire de l’ancien Hôtel de Ville de Paris étant la preuve irrécusable que le rez-de chaussée de l’édifice était déjà construit sous le règne de François Ier, et avant sa mort survenue en 1547 …Découvertes en 1873 lors de la démolition de l’ancien Hôtel de Ville incendié, ces pierres qui étaient encore à leur place primitive avaient été cachées durant près de trois siècles par la statue équestre de Henri IV sont s’il on peut ainsi parler, quelque chose comme la signature que Dominique de Cortone apposa sur le monument »arc-doubleau-ancien-hotel-de-ville
  • dans le square Paul Langevin (ex square Monge) on trouve deux niches amputées de leurs statues par une autre révolte de mai, celle de 1968, avec, notamment, la statue de Pierre (de) Viole (2), sieur d’Athis, prévôt des marchands « en l’absence de François Ier pose la première pierre le 15 juillet 1533 avec une truelle argenté ». Ce personnage fait partie des nouvelles statues ornant l’Hôtel de Ville actuel ainsi que celle de Dominique de Cortone, dit Boccador, architecte italien qui dessina l’ancien Hôtel de Ville pour François Ier,statues-de-viole-et-aubry
  • au musée Carnavalet il y a plusieurs vestiges à commencer par la statue de Louis XIV [2], la dalle avec la statue de Henri IV, des éléments de plafonds, etc …)statue-louis-xiv-ancien-hotel-de-ville
  • dans d’autres endroits insoupçonnés comme un probable chapiteau, bien utile pour un pot de fleur, dans une cour d’immeuble proche du musée Carnavalet.chapiteau-ancien-hotel-de-ville
Publicités