«Allons! Faisons des briques et cuisons-les au feu!» La brique leur servit de pierre, et le bitume de ciment. Ils dirent encore: «Allons! Construisons-nous une ville et une tour dont le sommet touche le ciel et faisons-nous un nom afin de ne pas être dispersés sur toute la surface de la terre.»extrait du Livre de la Genèse 11.1-9.

Après le déluge, l’épisode de la Bible concernant la tour de Babel qui est représentée ici par Pieter Brueghel l’Ancien [1] (huile sur bois, 1563) est une énorme spirale en pierres. Cette tour fait écho à la démesure des hommes de cette fin du moyen âge, au temps des cathédrales, dans le but de se rapprocher du ciel. Ce n’est assurément plus le temps de Sisyphe [2] mais belle et bien le temps des constructions monumentales avec l’emploi massif des tailleurs de pierres [3] et des engins de levage.

Les tailleurs de pierres avec ses outils figurent au premier plan et on les retrouvent ça et là sur le chantier attaquant même le rocher sur lequel repose les fondations de l’édifice.

Il y a une sorte d’association ou de transition entre différentes époques avec une référence aux romains avec le Colisée [4] et l’utilisation de briques, au moyen-âge aussi avec la présence des fortifications minuscules au pied de l’édifice et enfin la modernité pour l’époque des techniques employées.

En effet, on retrouve les techniques de levage à tous les niveaux pour les pierres les plus lourdes alors que les briques sont acheminées sur des charrettes et à dos d’homme vers le sommet.

Les voûtes sont soutenues par des gabarits en bois pendant leur construction.

Pris séparément les différentes opérations du chantier semblent assez réalistes, tout y est, mais une vue d’ensemble permet de comprendre que l’entreprise est hasardeuse malgré les milliers d’ouvriers. Les fondations ne sont pas achevées alors que la tour culmine au-dessus des nuages. De plus la structure ne semble pas de niveau. A l’instar du Colisée on a l’impression que c’est un édifice qui est voué à rester un vestige puis, au grès des intempéries, peut rapidement se transformer en ruines surtout son cœur en briques comme ce fut vraisemblablement le cas dans l’antiquité des jardins suspendus de Babylone [5].

 

Publicités