Parmi ces plots en pierre que l’on ne remarque pas forcément dans les rues de Paris, on peut en dresser une liste d’au moins 7 types avec des fonctions différentes :

  • peut être les plus nombreux sont ces chasse-roues qui se trouvent aux encoignures des portes-cochères ou le long des murs (image à la Une) dont le rôle est d’éviter aux charrettes à cheval d’endommager les murs,
  • les bornes de distance dont la plus ancienne se trouve 85 rue de Vaugirard, elle remonte à Louis XV et marque une demi-lieue à vol d’oiseau (ou environ 1000 toises ou 2 km, ou exactement 1949 m) depuis le « Point zéro des routes de France » matérialisé par un médaillon sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame,
  • les vestiges du type morceaux d’anciennes colonnes sont toujours les bienvenues à titre décoratif dans les jardins ici et là,
  • les bornes en pierre faisant office de fontaines sont également très appréciés des randonneurs urbains
  • certaines bornes en pierre étaient un repère pour indiquer la présence d’un aqueduc souterrain afin d’éviter de creuser dans son environnement, un de ces vestiges faisait partie de l’aqueduc menant à l’hôpital Saint-Louis alimenté par les sources de Belleville [1], cette borne a été mis en valeur 5 cité des Fêtes,borne-5-cite-des-fleurs
  • Les plots en pierres ont pour certains la fonction de délimiter un périmètre en servant de barrière,
  • Enfin les bornes en pierres spécialement installé pour indiquer le méridien de Paris [2] et plus exactement la méridienne verte créé en l’an 2000 comme le précise le médaillon incrusté à son sommet (à côté du square Marco Polo et de la fontaine des Quatre-Parties-du-Monde).

    Dans la plupart des cas,  » Attention de ne pas dépasser les bornes !  » à moins de vouloir  » faire des bornes ».

Publicités