Bien avant les sources du nord de Paris [1], les romains dès le IIe siècle avaient imaginé un aqueduc pour alimenter Lutèce (les Thermes) depuis les hauteurs de Rungis et Wissous. Si les vestiges de l’aqueduc dans Paris sont connus [2] car partiellment visibles, le tracé depuis les sources reste approximatif tout en empruntant un tracé similaire à celui de l’aqueduc Médicis [3] à commencer par le pont aqueduc qui enjambe la vallée de la Bièvre à Arcueil-Cachan ou la découverte d’un tronçon de l’aqueduc menant à Paris, sur la commune de la Hay en 1907 qui établit que  » la rigole romaine a reçu une couverture. » d’après le Commission du Vieux Paris.

plan-densemble
Bassin des sources de Lutèce à Wissous

Le bassin romain du captage des sources à Wissous a été découvert en 1874 par l’ingénieur des eaux sous le préfet Haussmann [4], Eugène Belgrand (1810;1878). Ensuite il a été déterré et étudié de nouveau par la commission du Vieux Paris en 1903 (Archives BNF de la commission pour les photos n&b) : « Le bassin est carré, son coté mesurant intérieurement 3 m. 22 c.; dans le fond une cuvette carrée de 2 m. 07 c.de côté …Les diagonales du bassin sont à peu près orientées suivant les point cardinaux; chacun des quatre mur présente vers son milieu la pénétration d’une rigole, sur celui du NO, arrive la rigole de Rungis, sur celui du SE, arrive la petite rigole de Wissous, sur celui du du NE, arrive la grande rigole de Wissous, et sur celui du SO, part l’aqueduc de Paris…Le seuil de cette dernière est le plus bas, tant en étant de 0 m. 12 c. ».

pont-aqueduc-romain-institut-1843
Vestige du pont aqueduc romain d’Arcueil selon une gravure de 1843
aqueduc-a-lhay
Vestige de l’aqueduc romain menant à Paris situé à La Hay en 1907 et le nouvel aqueduc en arrière plan
bassin-romain-de-wissous-tete-daqueduc
Vestige de la tête de l’aqueduc menant à Paris dans le bassin de Wissous en 1903

 

 

Publicités