extrait-de-la-carte-dressee-par-maupertuis-en-1736
Carte de l’Arc du Méridien mesuré au Cercle Polaire (1738)

Parmi les savants du XVIIIe siècle entre Newton [1] et Lamark [2], Pierre-Louis Moreau de Maupertuis (1698;1759) a laissé entre autres contributions à l’histoire celle de la mesure de la forme du globe terrestre comme chef de la mission en Laponie en 1736 pour mesurer un arc de méridien. En 1738, Maupertius écrit dans « La Figure de la Terre déterminée par les observations faites par ordre du Roy au cercle polaire » à propos de « l’utilité de son entreprise « :  » Personne n’ignore la dispute qui a duré 50 ans entre les savants sur la Figure de la Terre ». En effet à l’époque la controverse règne entre les partisans d’une terre aplatie aux pôles comme le suggérait Newton et les partisans d’une terre allongée aux pôles. Et c’est un des apports de Maupertuis que d’avoir mesuré sur le terrain une terre aplatie aux pôles: « Toutes les expériences que nous avons faites dans la Zone glacée, donneront la Terre aplatie. » Et Voltaire d’écrire à ce sujet en qualifiant ces savants de « Courriers de la physique, Argonautes nouveaux » : « Vous avez confirmé dans ces lieux pleins d’ennui, ce que Newton connut sans sortir de chez lui. Vous avez arpenté quelque faible partie, des flancs toujours glacés de la Terre aplatie ».

Un monument funéraire dévoilé au mois d’août 1766, dédié à Maupertuis et à son père, se trouve dans l’église Saint-Roch à Paris où le savant est représenté dans un médaillon de marbre blanc (Image à La Une). A l’instar d’autres monuments ou rues [3] faisant allusion aux rois ou à l’église, une partie de l’épitaphe gravée en latin, rédigée par son collègue Charles de La Condamine (1701;1774), a été mutilée par les révolutionnaires notamment le nom de Louis XV (LUDOVICO XV) mais étonnement pas celui du pape Benoît XIV (BENEDICTO XIV). « …Il prouva le premier par observation que les degrés du méridien croissent en approchant du Nord, et conséquemment que la Terre est aplatie sous le pôle… »Extrait traduit de l’épitaphe d’après L. Angliviel de La Beaumelle.

Publicités