Tailler la pierre [1] ou produire du cailloux [2] est une chose la transporter en est une autre qui peut être non négligeable sur le prix, même de nos jours. Mais surtout ce transport a posé de véritables défis techniques au cours des siècles passés. Sans remonter au pierres dressées [3] ou aux merveilles du monde antiques [4] pour lesquelles nous n’avons pas de documents d’archives, les transports ont quand même toujours été adaptés aux tailles de la pierre plutôt que l’inverse.

Au XVIIe siècle, les machines utilisées pour le fronton de l’entrée du Louvre était multiples, des charrettes attelés ou tirées par des hommes, à une sorte de traîneau sur rondins tiré par des cordes, spécialement réservé aux « deux grandes pierres qui couvrent le fronton de la principale entrée du Louvre » d’après une gravure à la Une de 1677 ( Archives BNF et autres gravures et photos n&b).

Le transport standard des pierres du type gravier ou moellons c’est-à-dire pouvant être chargé à la main est la charrette attelée avec deux roues. Et surtout, facilement renversable, il y a les tombereaux (ancêtres des robustes camions opérant sur les chantiers de BTP).

Pour le transport des grosses pierres de taille, on trouve jusqu’au début du XXe siècle des chariots à quatre grosses roues bien adaptés au chargement sur les quais.

Parce que le moyen le plus facile de transporter les pierres et les cailloux, reste le bateau, les crues [5] sont parfois problématiques.

En ce qui concerne le transport des pierres moellons et autres meulières à Paris au XIXe siècle, le prix du transport était inclus, mais il dépendait du moyen; par eau, en descendant ou en montant, par terre, sur bonne route ou sur mauvaise route ou sur chemin vicinaux. Le prix doublait entre le sens descendant ou montant sur la Seine et il pouvait être multiplié par 6 pour des pierres dures transportées par terre sur chemin vicinaux par rapport à un transport par eau en descendant, le plus économique (chargement et déchargement compris d’après « Le Nouveau Bullet » 1825 ).

Publicités