« Nos père avaient un Paris de pierre; nos fils auront un Paris de plâtre. » tiré de « Notre Dame de Paris, § Paris à vol d’oiseau »,1831, de Victor Hugo [1], connu pour être un amateur de vielles pierre, il sauva les vestiges des arènes de Paris pendant les travaux d’Haussmann.

« Pour recouvrir les murs, les cloisons, les plafonds, on se sert du plâtre parce que celui-ci, réduit en poudre et mélangé à l’eau, se prend facilement en une masse solide…En somme, il constitue en se solidifiant une véritable pierre légère. » dans « merveilles de la nature  » A.E Brehm, 1892.

carriere-montmartre

plaque-a-cuvier-montmartreA Paris si on en est arrivé là au XIXe siècle ce sont d’une part les gisements importants de gypse à commencer par la colline de Montmartre et ses propriétés à commencer par son rapport avec le feu. En effet le plâtre est ignifuge, il résiste au feu, aussi à partir du XVIIe siècle, il recouvrira les poutres en bois des anciennes demeures. Mais surtout à partir de la fin du  XVIIIe siècle, grâce à Lavoisier [2], la cuisson du gypse fera des progrès considérables qui permettra une production maîtrisée à grande échelle et les carrières souterraines vont se multiplier à Paris comme en région parisienne.  A Paris on distingue jusqu’à quatre « masses » (couches contenant du gypse en majorité) de gypse même si la quatrième est peu exploitée. A Montmartre, la première « masse »ou « haute masse » est la plus épaisse avec 20 m beaucoup plus que celle des Buttes Chaumont, c’est ce gisement qui donnera ses lettres de noblesse au plâtre de Paris. Cuvier y découvrira des fossiles de mammifères [3]. D’après Charles Sellier dans « Curiosités du vieux Montmartre : les carrières à plâtre » édité en 1893, il existait des dictons populaires comme « Il y a plus de Montmartre à Paris que de Paris à Montmartre » ou encore  » C’est de Montmartre qu’on extrait, le plâtre le plus parfait ».

montmartre-details
Sur ce plan de 1837, la haute masse est exploitée et accessible par sous-cavage et la 2ème par des puits

Depuis la révolution les fours à plâtres avaient remplacés les religieux sur la colline de Montmartre, mais très vite en 50 ans, les exploitations arrivent en fin de gisement et il faudra ensuite un autre demi-siècle pour consolider en pierre meulière les anciennes carrières dont le rôle historique a été depuis plusieurs siècles déterminant pour les constructions à Paris.

Advertisements