« Maintenant, tenant en main le monde » écrit Michel Serres [1] dans  Petite Poucette : « Par téléphone cellulaire, ils accèdent à toutes personnes ; par GPS, en tous lieux; par la Toile, à tout le savoir: ils hantent donc un espace topologique de voisinages, alors que nous vivons dans un espace métrique, référé par des distances. »Ce qui n’est que la version moderne du Petit Poucet de Charles Perrault « Il se leva de bon matin, et alla au bord d’un ruisseau, où il emplit ses poches de petits cailloux blancs » mais au lieu de laisser sur le chemin des cailloux blanc, en surfant sur les réseaux nous laissons comme dans ce blog une trace virtuelle. Des moteurs de recherche aux antennes relais des téléphones mobiles sont autant de moyens de semer ces cailloux virtuels que l’on appellent les « big data » [2] permettant de suivre à la trace n’importe qui. Cela participe à laisser une pierre à l’édifice de l’évolution comme les premiers hommes [3] ont aussi pu le faire à leur façon en taillant quelques cailloux [4].premiers-cailloux-2

Et par ailleurs nous avons en main le monde via ces mêmes informations numériques en pagaille à commencer par notre positionnement géographique sur le globe [5], et topologique dans la blogosphère. La version moderne en quelque sorte de la volonté de tout monarque qui rêvait de puissance, en tenant le globe en main.GlobeRoi.JPG

 

Publicités