Il coule de source de s’intéresser à La Fontaine mort à Paris en 1695 rue Plâtrière et né à Château-Thierry  en 1621, car son père s’occupait de la juridiction de la « Table de marbre » comme maître des Eaux et Forêt. Les traces de Jean de La Fontaine qui savait à travers ses Fables si bien jouer des éléments [1] se retrouvent dans la pierre de Paris :

  • gravé sur la façade de la bibliothèque Sainte-Geneviève rue Cujas,la-fontaine-mir-bilblio

 

  • jardin du Ranelagh où la fable du corbeau et du renard est évoquée et où le lieu a inspiré ces vers à Philippe Dufour dans son « Paris pittoresque et poétique « : « Inimitable Maître, il instruit l’univers. Et partout, comme ici sous ces ombrages verts, L’aïeul et ses enfants relisent La Fontaine. »,

     

  • au Louvre à l’extérieur on peut admirer une statue du célèbre fabuliste (à l’intérieur du musée également),la-fontaine-louvre
  • à l’Académie Française où il a été élu en 1684,statue-academie-des-sciences
  • rue Saint-Honoré où il résida chez sa protectrice Madame Marguerite de la Sablière jusqu’en 1693,plaque-la-fontaine-rue-saint-honore
  • rue Jean-Jacques Rousseau, ancienne rue Plâtrière jusqu’en 1791, où il rendit son dernier souffle le 13 avril 1695,maison-rue-platriere-de-jean-de-la-fontaine
  • enfin, ses ossements reposent au cimetière du Père-Lachaise.
Publicités