L’Ampère est l’une des sept unités du Système International pour la courant électrique à l’instar du mètre [1]. Son auteur, André-Marie Ampère (1775;1836) est un scientifique français dont les premières années ont été associées à de petits cailloux avant d’apporter ses pierres à l’édifice de la science physique de l’électricité.

En effet, quelques anecdotes [2] jalonnent la vie d’Ampère. D’après le dictionnaire général de Biographie de 1880: « Avant de connaître les chiffres, il faisait, à l’aide de cailloux peu nombreux, de longues opérations…En 1793, son père est exécuté comme aristocrate. Aussitôt Ampère devient comme idiot; il passe sa vie à contempler le ciel et à faire des petits tas de sable. »

plaque-ampere
Plaque 29 bis rue Monge à Paris

Parmi les apports d’Ampère avec son contemporain Arago [3], on peut citer l’aimantation du fer pour créer une version moderne de la pierre d’aimant [4], un aimant ferreux artificiel parcouru par un courant électrique. De l’électro-aimant aux forces électro-dynamiques il n’y a qu’un pas allègrement franchi par Ampère ou une pierre de plus à son oeuvre. « Quelle que soit la cause physique à laquelle on veuille rapporter les phénomènes produits par cette action [électro-dynamique], la formule que j’ai obtenu restera toujours l’expression des faits. » extrait de « Théorie mathématique des phénomènes électro-dynamiques uniquement déduite de l’expérience »,1826. Et, toujours d’après le dictionnaire général de Biographie de 1880 : « Ces travaux le conduisirent à cette grande et féconde pensée de l’aimantation constante de la terre par la rotation. »

ampere-tour-eiffel
Ampère est inscrit parmi les nombreux savants sur la Tour Eiffel

 

Advertisements