Jean Racine né à La Ferté-Milon en 1639 et mort à Paris en 1699 est l’auteur de nombreuses tragédies dont Les Plaideurs (1668), plutôt comique, où son personnage l’Intimé déclare :

« Avant donc
La naissance du monde, et sa création,
Le monde, l’univers, tout, la nature entière
Était ensevelie au fond de la matière.
Les éléments, le feu, l’air, et la terre, et l’eau,
Enfoncés, entassés, ne faisaient qu’un monceau,
Une confusion, une masse sans forme,
Un désordre, un chaos, une cohue énorme :
Unus erat toto naturae vultus in orbe,
Quem Graeci dixere chaos, rudis indigestaque moles. »

en citant donc Ovide, en latin, dans Métamorphoses ( livre I : Origine du monde) avec une référence aux grecs  «Unus erat toto naturae vultus in orbe, Quem (Graeci) dixere chaos, rudis indigestaque moles»  c’est-à-dire « La nature dans l’univers entier ne présentait qu’un seul aspect, appelé chaos (par les grecs). C’était une masse grossière et confuse. »

Paris garde le souvenir de Racine à travers différents hommages dans la pierre :

  • sur le plafond de la station de métro Cluny-La Sorbonne,racine-signature-cluny
  • à l’académie française où il fut reçu en 1673,racine-academie
  • à la comédie française,racine-comedie-francaise
  • dans la cour d’honneur de l’ Ecole Normale Supérieure,racine-ens
  • parmi les statues à l’extérieur du Louvre, racine-louvre
  • à la bibliothèque Sainte-Geneviève,racine-biblio-sainte-genevieve
  • et dans l’église Sainte-Etienne-du-Mont comme son contemporain Pascal [1].

NB: Racine a également vécu au N°24 rue Visconti à Paris.

Publicités