Si le grès du massif de Fontainebleau est connu depuis les temps préhistoriques par les hommes (ornements pariétales, polissoirs, menhirs et dolmens sont encore visibles) [1], il a surtout été exploité par les carriers pour alimenter les pavés de Lutèce [2] puis de Paris [3] jusqu’au début du XXe siècle.

Le massif gréseux possède aussi bien des chaos de blocs que des bancs de plusieurs métres d’épaisseur héritage géologique de l’érosion des eaux de ruissellement. C’est sur ces derniers que la plupart des anciens fronts de carrière sont depuis plus d’un siècle à l’abandon sauf un.

front-abandonne
Front abandonné

La dernière carrière de grès de Fontainebleau se trouve à Moigny-sur-Ecole sur une faille naturelle de la roche et elle est exploitée d’une manière traditionnelle, seul le transport de la pierre est mécanisé.

La carrière réalise donc toujours des pavés mais aussi des linteaux, des marches ou d’autres décors dans le grès :

« le grès vif ou franc servira pour fabriquer des pavés, le grès gras servira à fabriquer des pièces sophistiquées (décors), le grès maigre servira à fabriquer des pierres à maçonner ou des bordures de trottoirs. »

production-moignypaves-moigny

Par ailleurs les outils du tailleur sont forgées sur place dans un métal de qualité à la hauteur du grès de ce gisement.

 

Publicités