De nombreuses marques gravées des tailleurs de pierres qui étaient payés à la tâche, d’où le terme de tâcherons, sont visibles sur les vieilles pierres dans Paris. Leur inventaire permet de retracer le parcours de ces ouvriers fiers [1] et nomades. En effet pour la plupart d’entre eux, ils passaient de chantiers en chantiers, en particulier pour la construction des cathédrales qui dépendait de financements souvent aléatoires.Voici donc, quelques exemples de ces glyphes [2] ou  glyptographes , leurs marques laissées dans la pierre parisienne.

En 1913, à l’occasion de travaux pour la construction de la ligne de métro N°7, des fouilles ont permis de repérer des marques dans la pierres au droit du quai des Célestins (ancien port aux pavés [3]) sur une portion du mur d’enceinte de Charles V [4] ayant servi de fondation au mur du quai (Archives Commission du Vieux Paris).

La longue partie du mur d’enceinte de Philippe Auguste [5] préservée dans le jardin Saint-Paul possèdent aussi des traces bien visibles et rue des Rosiers dans le jardin des Rosiers sur les vestiges de la même enceinte.

Sur les vestiges de l’ancienne forteresse du Louvre [6] de Philippe Auguste les marques de tâcherons sont nombreuses, certaines avec des traits (Image à la une), d’autres en forme de cœurs donc tout en courbes, nécessitant certainement un savoir-faire différent.

 

 

Publicités