Au XVIIIe siècle pour Buffon [1] :  » Un volcan est un canon d’un volume immense, dont l’ouverture a souvent plus d’une demi-lieue [environ 2 km]. », le célèbre naturaliste écrit également  » Tout cela cependant n’est que du bruit, du feu et de la fumée. »

Au XIXe siècle le géographe Malte-Brun écrit : « Le nom de volcan, emprunté de celui que les Romains [2] donnaient au dieu qui, selon eux, présidait à l’élément feu, désigne aujourd’hui les montagnes qui vomissent de la flamme, de la fumée et des torrents de matière fondue. On dit aussi un mont ignivome [qui vomit du feu]. La cheminée par laquelle sortent la fumée et la matière fondue finit par une vaste cavité en forme de cône tronqué et renversé. cette bouche du volcan s’appelle cratère. »Spallanzani 1799 dans voyages dans les deux siciles Vulcano generale.jpg

Au début du XXe siècle, suite à l’éruption catastrophique de la montage Pelée en 1902 [3], les manuels de géologie reprennent la définition suivante : « Un volcan est la sorte d’appareil naturel par lequel la surface de la croûte terrestre est mise, d’un façon permanente ou temporaire, en communication avec les matières fondues de l’intérieur du globe. »etna-sicile-18__

La volcanologie ayant bien sûr progressée depuis, la définition commune en ce début de XXIe siècle, s’est bien évidement étendue à des systèmes complexes, bien au-delà de notre globe [4] comme on peut la trouver sur Wikipedia « Un volcan est un ensemble géologique terrestre, sous-marin ou extra-terrestre qui résulte de la montée d’un magma puis de l’éruption d’une partie de ce magma. » mais un volcan peut aussi être de boue [5], sur terre !

 

 

 

Advertisements