A l’heure du « Grand Paris » et où le terme « Ville-musée » est devenu péjoratif, à la limite un gros mot, il ne faut pas oublier le patrimoine de Paris qui nous replonge dans le passé et qui a fait la grandeur de la capitale de la France. Pour construire le futur on a toujours besoin de points d’appui du passé, il ne faut pas oublier que « Paris n’a pas été bâtie en un jour » et Chaval (dessinateur français, 1915;1968) de rajouter « et n’est même pas encore terminer ». Se tourner vers l’avenir, innover durablement [1], ne veut pas dire faire table rase du passé mais au contraire édifier sur des fondations connues, dans le rocher on parlera de socle, pour le feu on parlera de foyer, dans l’air on parlera de cet éclair inspiré par une musique qui a traversé le temps et pour l’eau on ira toujours la puiser à la source. Dans un musée même si on n’y cherche pas une muse on vient au mieux y faire une cure du passé. Vive la curiosité pour éviter que les vestiges du passé ne deviennent des ruines !

Voici au moins 7 bonnes raisons solides et fluides de « respirer » Paris comme disait un parisien nommé Victor Hugo [2] :

  • depuis Lutèce et ses vestiges [3],
  • sur les traces des personnages illustres de la capitale [4],
  • sur les vestiges de la Commune comme ceux du palais des Tuileries [5] ou de l’ancien Hôtel de Ville [6],
  • ou plus généralement à travers ses « coups de pierres » [7],
  • avec ses scènes de crues de la Seine [8] et leurs repères [9],
  • avec les vestiges de ses 7 enceintes [10],
  • et ses ponts reconstruits [11] (Image à la Une , archive BNF) qui resteront un lien entre le passé et l’avenir.

 

Publicités