« Faire d’une pierre deux coups » depuis la préhistoire c’est atteindre deux cibles en même temps avec une seule action, car on suppose que les chasseurs de l’âge de pierre utilisait un lance-pierre pour atteindre deux oiseaux avec la même pierre. L’expression est d’ailleurs identique en anglais, en espagnol et certainement dans d’autres langues où littéralement on dit « tuer deux oiseaux avec une pierre ».

Ensuite de la pointe de flèche en pierre [1] à la catapulte il y a un nouveau saut technologique qui nous rapproche de l’Histoire.

Mais Vitruve [2]  nous avertit à propos de catapultes, ces machines de siège, comme les onagres et autres balistes (pour le prise de la triple enceinte de Carthage par exemple par les romains) : « La grandeur de toutes ces machines doit être proportionnée à la pesanteur de la pierre qu’elles doivent lancer ».  Dans le même registre il y a aussi le « Mangan », c’est un terme employé par Marco Polo pour une machine propre à lancer des pierres dont les chinois se servaient.

Au moyen-âge, des machines de guerre appelées « bricoles » ( d’où l’expression « s’attirer des bricoles ») installées sur les remparts puis ensuite les mangonneaux ou les trébuchets à contrepoids et autres bombardes avec des boulets de pierres servaient à l’assaut des châteaux forts (pendant la guerre de Cent Ans par exemple).

 

projectiles de machines de guerre
Projectiles de machines de guerres XIVe – XVe siècle château de Brie

 

catapulte Leonard de Vinci
Catapulte selon Léonard de Vinci
bombarde de Leonard de Vinci
Bombardes multiples selon Léonard de Vinci

Même Léonard de Vinci [3], dans son « CV » à Ludovic Sforza (en 1482), proposera ces engins de jets : « ‘J’ai aussi des méthodes pour faire des bombardes, très commodes et faciles à transporter, qui lancent de la pierraille quasi comme la tempête, … Là où l’emploi du canon n’est pas possible, je fabriquerai des catapultes, mangonneaux, « trabocchi » et autres machines d’une admirable efficacité inusitées » ou encore à propos du « feu dans la bombarde. Ce feu ne se trouvant pas dans un vide qui reçoive son accroissement, court avec furie vers un lieu plus ample, en expulsant tout ce qui s’oppose à son désir. Et c’est ainsi que fait aussi le cours de l’eau et du vent, qui chasse tout ce qui leur fait obstacle ». Manuscrit A

boulets pierres

Boulets de calcaire du château de Brie (guerre de Cent Ans)

Du lance-pierre ou de la fronde (David contre Goliath) en passant par les différents machines de guerre de l’antiquité et du moyen-âge, avec l’apport de la poudre et du feu, la pierre s’est changée en métal, devenant balle et boulet pour aboutir à des armes de plus en plus massives et rapide comme les obus ou ogives.

Notre Terre n’est finalement q’un caillou [4], lancé dans l’immensité de l’univers, quant à l’infiniment faible ce sont désormais des particules élémentaires fortement accélérées qui sont catapultées à l’assaut des mystères de la matière.

Pour rester à notre échelle, retenons cette citation d’Hector Berlioz « Il faut collectionner les pierres que l’on vous jette c’est le début d’un piédestal ».