Ce feu vivant de la terre

C’est quoi au juste la Terre vue de loin [1] ? Gaïa un organisme vivant boutonneux ou une complexe machine thermique libérant la chaleur interne du Globe depuis plusieurs milliards d’années.

Le point de vue de Lovelock, c’est l’attrait de l’ anthropomorphisme à l’extrême,  avec « La terre est un être vivant – L’hypothèse Gaïa » dont « Nous sommes le système nerveux ». C’est le mélange des genres entre le minéral et l’animal comme l’aimait à le pratiquer Ovide dans « Métamorphoses » (livre XV) : »Si la terre est un animal vivant, pourvu, en beaucoup de lieux différents, d’organes respiratoires qui exhalent des flammes, elle peut bien changer les canaux par où elle respire et, chaque fois qu’elle est ébranlée, fermer certains de ces canaux et en ouvrir d’autres. »

Pour Léonard de Vinci [2] c’est l’eau qui était vitale à la terre mais on sait très bien que l’eau et la lave en contact c’est plus qu’une simple combinaison, cela devient détonnant, c’est le phréato-magmatisme un des moteurs du volcanisme explosif. A l’évocation du « fils » du Krakatao [3] par exemple et de tous ces traits de caractère qui sont utilisés universellement pour décrire les volcans, souvent personnifiées par ses riverains. Il est tentant de faire le parallèle avec un être vivant, les deux termes « feu » ou « sang » reviennent souvent pour nommer la lave et puis ne dit on pas tout simplement que les volcans mettent souvent une région à feu et sang, ou qu’ils sont souvent une expression des colères de la terre. IMG_3293Mais comme l’explique Gaston Bachelard dans « Psychanalyse du feu », le feu est à la fois le mal et le bien, « il brûle en enfer en même temps il brille au paradis » et « il réchauffe et réconforte » ou encore « il détruit les herbes folles et enrichit la terre ».  De nombreux auteurs ont en effet vulgarisé le terme de « feux  » à l’instar du couple Kraft « Les feux de la Terre » ou la série documentaire « Le feu de la terre » de Haroun Tazieff.

Haroun Tazieff [4] disait :  » La prévision est très semblable à celui d’un diagnostic médical. C’est une connaissance acquise par la pratique clinique des malades, en volcanologie c’est la pratique clinique des éruptions volcaniques. » Dans cette approche le patient qu’il faut ausculter avec des instruments comme les sismographes ou autres inclinomètres,  donnent régulièrement le pouls du volcan surtout quand il a la fièvre, quand la lave qui lui monte au cratère.

IMG_3306

[1] Notre caillou vu de l’espace

[2] Léonard de Vinci, la maîtrise des éléments

[3] Krakatao, le choc des générations

[4] Haroun Tazieff, l’homme tout feu tout flamme

Les volcans c’est aussi du sport

« Quand on commence à gravir un volcan, on contemple avec ravissement les scènes riantes et variées qui se déroulent; mais à mesure qu’on s’élève, le pied se heurte plus fréquemment contre des roches aiguës…La marche devient pénible; et ce qui rende difficile l’accès du cratère, ce n’est pas seulement la déclivité du cône, c’est aussi le peu de résistance qu’offrent les cendres, les sables , les scories sur lesquels on pose le pied. » Arnold Boscowitz dans « Les volcans » 1890

C’est connu depuis longtemps, c’est du sport d’escalader les volcans et de nombreux sportifs sont attirés par ces pentes particulières.

Que remarque-t-on le plus autour du mont Fuji au Japon vu du ciel ? des golfs, sport national du Japon, tout est dans le geste parfait à l’instar du maniement du sabre ou celui du pinceau des calligraphes.

A l’instar de Haroun Tazieff skiant sur les cendres dans les années 1980, la version moderne se fait avec du kayak et du snowboard sur les pentes du Fugo dans les îles du Cap Vert : un « Volcano ride »[1] ou au Nicaragua sur le Cerro Negro[2].

Par contre il existe de vraies stations de ski sur les pentes enneigées de l’Etna, des volcans du Canada, du Chili (Villarica)[3], de Nouvelle-Zélande (Ruapehu),  et du Japon.

La course du Grand Raid à La Réunion avec l’ascension du Piton de la Fournaise est une référence ou celle sur le mont Cameroun et toutes les autres …en Guadeloupe[4] , en Indonésie aussi il y a une course appelée « Les volcans de l’extrême ». Le sommet des volcans est également un merveilleux terrain d’envol pour les parapentistes et les libéristes, c’est quelquefois l’occasion d’une petite cérémonie rituelle avec un chaman.

En Italie on peut faire du « volcanyoning » dans une coulée de l’Etna[5] avant d’assister au tour d’Italie cycliste qui passe souvent dans la région. En 2011 les coureurs ont eu chaud en passant par Zafferana quelques jours après une petite crise de l’Etna[6].

Plus atypique, il existe une discipline qui exploite les entrailles des volcans, à l’instar de Jules Verne,  la « volcanospéléologie »[7]  !

Sans oublier les nombreux VTTistes, alpinistes et simples randonneurs qui arpentent les volcans du monde entiers.

[1] http://www.startin-sport.com/descente-volcan-kayak-snowboard.htm

[2] http://www.cyberpresse.ca/voyage/destinations/amerique-latine/201004/22/01-4272988-du-surf-a-flanc-de-volcan.php

[3] http://www.powderquest.com/ski-south-america/ski-chile/ski-resorts/villarrica-pucon.aspx

[4] http://www.altitudestropicales.com/volcano-trail-2011.html

[5] http://www.descente-canyon.com/canyoning/canyon-description/21744/topo.html

[6] http://www.i-actu.com/pour-le-giro-2011-on-roulera-sur-un-volcan

[7] http://www.vulcanospeleology.org/photogal.html

lesportdselonHokusai

 

Haroun Tazieff l’homme tout feu tout flamme

C’est au Nyiragongo en plein centre du continent africain , que ce géologue et grand alpiniste a découvert sa voie de volcanologue. « Car le Nira m’avait, ce jour de juillet 1948, conquis à jamais », écrit-il dans « Les défis et la chance – Ma vie »

Garouk de son surnom a écrit de nombreux ouvrages pour donner son point de vue sur les volcans, de « Cratères en feu » (1951) à « Haroun Tazieff sur l’Etna » (1983), en passant par  » 25 ans sur les volcans du Globe » ( 1973).

Mais pas seulement, en 1989, à propos des « pollutions réelles, pollutions imaginaires »  dans « La terre va-t-elle cesser de tourner? », il écrit « Non, le ciel ne va pas nous tomber sur la tête, mais si nous continuons à jouer avec le feu, l’eau et l’air nous risquons fort de léguer une planète morte aux générations futures. »

S’agissant des risques majeurs,il déclare « J’affirme une fois de plus que les pires de ces catastrophes …, à coup sûr, les pollutions toutes les pollutions . A commencer par celles des esprits. » C’est bien les pollutions des eaux , de l’air et de la terre par des déchets de toutes sortes dont il est question.

« Et lorsque l’homme aura détruit la vie, la Terre imperturbable, continuera de tourner » Haroun Tazieff.

0053
Haroun Tazieff dit « Garouk » en 1992