La relation entre grands séismes et éruptions volcaniques ?  Une réponse générale à cette interaction dépend, une fois de plus  de l’échelle:

1 – A très grande échelle dans le temps et l’espace le volcanisme est lié à la sismicité des frontières de plaques et la relation parait évidente.

2 – A plus petite échelle dans le temps et parce que l’histoire depuis Pline et sa description du Vésuve permet de dresser une liste qualitative des événements où la cause sismique donne un effet éruptif observé quelques temps après un séisme.

En effet l’éruption du Vésuve en août (ou octobre) 79 a été précédé par un séisme en 62 [1]. Les exemples de corrélations sont nombreux et très dispersés, les travaux de Eggert & Walter (2009) montre que l’activité volcanique est faible avant un grand séisme et plus intense quelques secondes à quelques années après et à des distances de plus de 1000 km[2]. Ce résultat est plus marqué sur l’anneau de feu du Pacifique ce qui rejoint le premier point.

Plus précisément est ce que les séismes peuvent déclencher des éruptions volcaniques ? Un début de réponse est donné par l’article de Manga, M. & Brodsky (2006). On peut trouver un tableau de 11 cas d’éruptions volcaniques (de VEI > 2) qui ont suivi à moins de 3 jours des séismes de magnitude supérieure à 8 depuis l’éruption du Villarica au Chili le 8/7/1730 [3]. On pourrait rajouter en 1975 le séisme de Kalapana (M=7.2) à Hawaï [4]  qui a déclenché une éruption dans la caldeira du Kilauea[5], ou encore la possible relation entre l’éruption du Pinatubo (1991) avec le séisme de M=7.8 de Luzon (1990)[6].

Dans tous les cas mis en évidence, et pour prendre le cas du volcan Cordon Caulle au Chili survenu après le plus puissant séisme jamais enregistré (en 1960) des contres exemples existent. Ce volcan n’a pas eu besoin d’un séisme pour se réactiver en juin 2011 et inversement d’autres séismes n’ont pas été suivies d’éruptions.

Et puis, il y a un cas controversé scientifiquement et juridiquement sur l’affaire « Lusi » nom d’un volcan de boue entré en éruption le 28 mai 2006 en Indonésie. La controverse existe entre la cause naturelle (séisme proche, la veille, de M=6.3) et artificielle (le volcan de boue est il consécutif à des forages pratiqués par la société « Lapindo » ?) [7].

3 – Entre ces deux échelles cela devient plus délicat et des approches plus quantitatives sur l’explication d’une interaction séisme- volcanisme est donné par Hill [8]. Cette approche implique la perturbation des contraintes mécaniques exercée par les vibrations produites par les séismes à plus ou moins long terme (dynamique à quasi-statique) autour du système d’alimentation en magna ou sur la chambre magmatique elle-même. Mais pour d’autres chercheurs, toutes les conditions au déclenchement d’une éruption sont rarement réunies [9].

En fait, il ne faut quand même pas trop secouer le récipient plein de bulles de gaz si on ne veut pas trop se faire arroser !
[1] Le mont Somma- Vésuve en 79

[2] « Volcanic activity before and after large tectonic earthquakes: Observations and statistical significance »

[3] « Seismic Triggering of Earthquakes in the Far Field: Volcanoes and Geysers »

[4] « November 29, 1975 Kalapana Earthquake »

[5] « The November 29, 1975 Eruption »

[6] « Relationship of Regional and Local Structures to Mount Pinatubo Activity »

[7] « Influence of seismicity on the Lusi mud eruption »

[8] « A Perspective on Earthquake-Volcano Interactions « 

[9] « Why earthquakes and eruptions are rarely linked »

Publicités