Sous Louis XIV, la France se dote de places fortes grâce aux constructions de Vauban. « C’est ainsi que les fossés de la capitale furent comblés pour recevoir des plantations d’arbres, et que de proche en proche Paris vit se déployer autour de ses murs un cours servant de promenade…sous le titre de boulevards intérieurs » Honoré Frégier dans Histoire de l’administration de la Police de Paris, 1850.

Mais ces fossés désormais supprimés, l’ardeur de bâtir fut vite difficile à retenir en dépit d’un édit de Louis XIV, puis de Louis XV en assignant des bornes pour contenir cette extension. Le plan de Jean Delagrive de 1733 (Archive BNF) fait figurer ces bornes, suite aux « déclarations du Roy les 18 juillet 1724; 29 janvier 1726; 23 mars et 28 septembre 1728… »qui règle les limites de la Ville de Paris : « Article premier : Qu’à commencé du jour de la publication de la présente Déclaration, l’enceinte de la Ville de Paris sera et demeurera bornée… ». Au 304 rue de Charenton, il reste une plaque qui a été restaurée (du côté droit, image à la Une) où l’on peut lire ceci : »  1726 – Bornes de limites du règne de Louis XV de Par le Roy – Défences Expresses sont faites de bâtir depuis les présentes bornes et limites jusqu’au plus prochain Village aux peines portées par les déclarations de sa majesté des années 1724. 1726. et », le texte s’arrête là mais on peut supposer qu’il manque l’année 1728 ? Il nous reste de cette commune rurale de Bercy menant au village de Charenton, la rue des Meuniers ou autre allée des Vergers, mais surtout, l’impasse de la Vallée-de-Fécamp dont le ruisseau ( ru de Montreuil) a été comblé depuis.

montage-vallee-de-fecamp
Extrait du plan Delagrive  de 1733 (Bercy)

Une autre borne de 1726 est conservée dans une cour rue Laborde, mais elle a surement été déplacée, on peut juste supposer qu’elle provient du secteur de l’ancienne « Pologne ». Il reste de cette époque la rue d’Anjou ainsi que la référence aux pépinières.

quartier rue de laborde .jpg

Sous Louis XVI, en 1790, Paris fut de nouveau entouré par un mur d’enceinte, l’enceinte dite des fermiers Généraux [1]. En tout cas, au sud, cette enceinte n’a pas dépassée les bornes, la barrière de Charenton se trouvait au niveau du Boulevard de Reuilly donc au nord de la plaque du 304 rue de Charenton.

Aujourd’hui nous avons clairement dépassé les bornes …

 

Advertisements